Épreuves orales d’admission : qui est le (la) candidat(e) idéal(e) ? (3/3)
Publié le 02 février 2015

Le président du jury des concours d’accès à l’ENM, Pierre Bailly, conseiller à la Cour de cassation, donne sa définition du « candidat idéal » et prodigue quelques conseils pour une bonne prestation.

« Le candidat idéal serait assez spontané dans ses réponses, sans être d’une familiarité excessive. Nous recherchons des personnes qui expriment clairement leurs motivations. La restitution du sujet de culture générale permet notamment de voir si les candidats ont un esprit clair. Le jury attend du candidat qu’il exprime également son point de vue personnel. Certes, l’exercice n’est pas évident. Il représente un enjeu énorme pour eux et un stress important. Le jury ne cherche pas à les mettre en difficulté. Au contraire, nous pouvons chercher à les rattraper lorsqu’ils tirent au sort un sujet de culture générale auquel ils ne connaissent rien du tout ! On pose alors des questions sur d’autres points pour évaluer si leurs lacunes sont plus générales ou si elles portent sur ce sujet précis. D’une manière générale, je conseillerais aux candidats de ne pas négliger l’histoire et la géographie, même si ces matières peuvent paraître optionnelles. »

« Par ailleurs, lors de l’exposé des motivations, il vaut mieux privilégier l’originalité et le naturel, plutôt qu’un discours trop standardisé. Bien sûr, les préparations influencent le discours des candidats, leur donnent des phrases types pour se présenter au jury par exemple. Je leur conseillerais de prendre de la distance par rapport à ces schémas car il n’y pas un modèle unique de candidat. Le jury recherche des profils et des personnalités variés. »

Pour conclure, les candidats doivent considérer ces épreuves orales comme une occasion de mettre en valeur ce qu’ils ont de positif. Le jury attend qu’ils soient pertinents dans leurs réponses, sans développer à l’excès. Enfin, je leur conseille vivement d’éviter de dire des choses dont ils ne sont pas sûrs… Avant de citer un auteur, il faut réfléchir à deux fois ! »