Le Mexique intéressé par la pédagogie française
Publié le 05 avril 2018

Une délégation mexicaine s’est rendue à l’ENM Bordeaux, puis Paris, du 12 au 16 mars derniers dans l’optique d’échanger sur le système de formation initiale et continue de la magistrature française.

Durant cinq jours, l’École nationale de la magistrature a accueilli une délégation mexicaine composée du directeur et du secrétaire général de l’Institut national des sciences pénales (INACIPE), ainsi que du directeur général des carrières de la Procuraduria general de la Républica (PGR)*.

« La volonté de l’INACIPE, école de formation des procureurs mexicains, et de la PGR, est de mieux connaître le système de formation des procureurs français, ainsi que le modèle administratif et pédagogique de l’École nationale de la magistrature pour en dégager des bonnes pratiques applicables au Mexique. » explique Erick Martinville, magistrat et chargé de mission au Département international de l’ENM Paris.

Parmi les thématiques traitées lors de ces journées : le fonctionnement de la formation initiale et continue des magistrats du parquet, celui des différents services de l’ENM, ou encore celui de la justice française abordé à travers la visite du tribunal de grande instance de Bordeaux, ainsi que les liens entre la police et la justice.

Intégrer la procédure orale dans la formation

Cette visite s’inscrit dans un objectif de professionnalisation de la formation des procureurs mexicains. En effet, à l’instar d’autres pays de la région latino-américaine, le Mexique souhaite adapter la formation de ses magistrats au système accusatoire mis en œuvre en 2016 à la suite d’une réforme du système pénal mexicain. Désormais, les procureurs devront appliquer une procédure orale et publique, les tribunaux travaillant auparavant uniquement sur la base de déclarations écrites.

Les premiers axes de cette coopération avaient été posés en mai 2017 lors du déplacement à Mexico d’une délégation française conjointe de l’ENM, du Conseil constitutionnel, de la Cour de cassation, du Conseil d’État et du ministère de la Justice. Une démarche qui a conduit à la participation de l’ENM au congrès international dédié au "Changement culturel dans le cadre du nouveau modèle de justice pénale", organisé par l’INACIPE en novembre 2017, avec l’intervention de Fanny Bussac, magistrate coordonnatrice de formation continue à l’ENM, au pôle justice pénale, spécialiste des problématiques liées au terrorisme et au crime organisé.

* Bureau du Procureur général de la République

Lire aussi :
Coopération franco-équatorienne : une vision partagée