Conférences sur l’histoire du jihad et la radicalisation violente
Publié le 13 décembre 2016
  • Intervention d’Hugo Micheron et Asiem El Difraoui sur l’histoire du jihad.
  • Présentation du dispositif administratif de lutte contre la radicalisation violente du département des Alpes-Maritimes.
  • Table ronde dédiée au dispositif mis en œuvre dans le ressort du TGI de Bordeaux.

Fin novembre, une séquence pédagogique sur l’histoire du jihad et la prévention de la radicalisation violente a été proposée aux élèves magistrats de la promotion 2016. Objectifs : leur permettre d’appréhender les notions clés du jihadisme, de comprendre le processus de la radicalisation violente et de mieux connaître les réponses des pouvoirs publics, les personnes ressources et les services compétents face à ce phénomène d’actualité.

Co-organisée par les pôles Environnement judiciaire et Humanités judiciaires de l’ENM, cette journée a débuté par une conférence et un temps d’échanges animés par le politologue Hugo Micheron et le docteur en sciences politiques Asiem El Difraoui. Il s’agissait d’aborder avec la promotion 2016 les points clés de l’islam et du salafisme, certains islamismes radicaux, mais aussi l’histoire du jihad, de son incubation en Afghanistan aux récents attentats en Europe.

Ces conférences d’experts sont indispensables puisque les magistrats peuvent être confrontés, dès leur premier poste, à un dossier d’apologie du terrorisme, à une disparition inquiétante liée à un départ en Syrie ou à des individus en voie de radicalisation ou radicalisés.

Présentation de dispositifs de lutte contre la radicalisation

Dans l’après-midi, les auditeurs de justice ont visionné l’enquête de la journaliste Clarisse Feletin : « Engrenage, les jeunes face à l’islam radical », qui décrit les mécanismes conduisant des mineurs de tous les milieux sociaux à se radicaliser.

Enfin, les dispositifs de lutte contre la radicalisation violente mis en place dans les Alpes-Maritimes et dans le ressort du tribunal de grande instance de Bordeaux leur ont été présentés par François-Xavier Lauch, directeur de cabinet du préfet des Alpes-Maritimes, Samuel Bouju, directeur de cabinet du préfet de la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charente, préfet de la Gironde, Marie-Madeleine Alliot, procureur de la République près le TGI de Bordeaux et Laëtitia Melon, assistante spécialisée au TGI de Bordeaux.