Quand et comment un magistrat doit-il communiquer auprès des médias ?
Publié le 14 février 2018

Ateliers de média training : la promotion 2016 avait également effectué des simulations de conférences de presse en mars 2017.
La promotion 2017 bénéficie, ces 14 et 15 février, d’une séquence pédagogique intitulée « Justice et médias » organisée par le pôle de formation Communication judiciaire, à laquelle participe cette année son doyen des enseignements, François Molins. Objectifs : exposer aux élèves magistrats le cadre légal de la communication judiciaire, leur proposer une mise en pratique avec des ateliers de média training et les sensibiliser aux avantages et inconvénients de la médiatisation.
Cette séquence pédagogique, qui clôture les enseignements du pôle Communication judiciaire, débutera ce mercredi 14 février par une table ronde animée par François Molins, doyen des enseignements et procureur de la République près le TGI de Paris, Olivier Leurent, directeur de l’ENM et Céline Clement-Petremann, responsable de la communication du Parquet national financier.
Lire aussi :

Communication judiciaire : le point de vue de François Molins

François Molins : communiquer sur une affaire de terrorisme

« Le lendemain, 18 magistrats du parquet co-encadreront avec des journalistes des ateliers de média training en petits groupes », explique Valérie Noël animatrice du pôle Communication judiciaire. Les auditeurs de justice devront alors se mettre dans la peau d’un substitut du procureur ayant à communiquer dans le cadre d’une affaire médiatique.

Lire aussi :

Justice et médias : « ne pas communiquer peut nuire à l’enquête »

Justice et médias : qu’attendent les journalistes des procureurs ?

Enfin, une table ronde réunissant Denis Roucou et Frédéric Chevallier, magistrats du siège et du parquet, Laurent de Caunes, avocat, et Karl Laske, journaliste d’investigation à Mediapart, permettra d’aborder avec la promotion 2017 le thème de la justice et du justiciable face à la médiatisation d’une affaire judiciaire.

« Nouveauté cette année : les tables rondes seront introduites par les auditeurs de justice qui présenteront notamment à l’ensemble de la promotion un sondage et un court film qu’ils ont réalisés sur les thèmes traités », conclut Valérie Noël.