Recruter des profils riches et variés pour la magistrature
Publié le 14 janvier 2016

Faut-il avoir un profil type pour entrer à l’ENM ? Faut-il obligatoirement se préparer à Paris ou Bordeaux pour réussir le concours ? La diversité des profils et des parcours au sein des promotions bat en brèche ces idées reçues.
Ecole républicaine, l’ENM se doit de représenter la société. Ce mélange des publics tient à cœur au directeur, Xavier Ronsin : « la diversité géographique et sociale des recrutements est une richesse pour notre métier. Ayant intégré l'ENM, après des études de droit à Dijon, à une époque et dans une ville où déjà les "plafonds de verre" dissuadaient nombre d'étudiants de tenter le concours, je suis particulièrement sensible à cette question », souligne-t-il.
Trois concours pour diversifier les profils
Donner une chance au plus grand nombre est une priorité pour l’ENM. L’Ecole propose ainsi trois concours d’accès : le 1er concours réservé aux étudiants en droit ; le 2e concours, réservé aux fonctionnaires et le 3e concours, réservé aux salariés du secteur privé. La promotion 2015 compte ainsi d’anciens greffiers, lieutenants pénitentiaires, policiers ou encore professeurs.
Les futurs magistrats issus du 1er concours sont également nombreux à afficher une expérience professionnelle : 87,28 % des auditeurs de justice reçus au 1er concours ont déjà travaillé ou effectué des stages en juridiction avant leur entrée à l’ENM.
Une diversité géographique
Afin de favoriser la diversité géographique de ses auditeurs, l’ENM organise depuis trois ans des conférences d’information dans les facultés de droit et les instituts d’études politiques à travers tout l’hexagone. Une cinquantaine de conférences auront lieu jusqu’à la mi-février dans le cadre de la campagne pour les concours 2016.
Cette politique porte ses fruits, puisqu’au sein de la promotion 2015, les étudiants reçus au 1er concours ont suivi leurs cursus d'études supérieures jusqu'au master dans la France entière et sont issus de 15 Instituts d’études judiciaires (IEJ) tels que Clermont-Ferrand, Caen, Lyon ou encore Toulouse.
Une diversité sociale
Diversifier l’origine sociale des auditeurs de justice est un autre objectif visé par l’ENM, à travers notamment les trois classes préparatoires « égalité des chances » de Bordeaux, Douai et Paris. « Les classes préparatoires permettent d’offrir à 54 étudiants méritants, issus de milieux modestes, une vraie opportunité de devenir magistrat », rappelle Emmanuelle Perreux, directrice adjointe en charge des recrutements, de la formation initiale et de la recherche. « La promotions 2015 compte ainsi des enfants d’artisans, d’employés, d’agriculteurs, d’ouvriers, de techniciens... », énumère-t-elle. Dans ce cadre, une bourse est également attribuée aux étudiants aux plus faibles ressources, afin de leur permettre de se concentrer sur la préparation du concours. Avec en moyenne une quinzaine d’admis au 1er concours chaque année, le dispositif rime avec réussite depuis la création de la première CP en 2008.