Des élèves magistrats présentent l’ENM à des étudiants américains
Publié le 18 juin 2018
  • Échanges entre les auditeurs de justice et les étudiants de l’Iowa, en présence d’Amanda Gedge-Wallace, coordonnatrice de formation et Estelle Cros, animatrice du pôle Dimension internationale de la justice de l’ENM
Une cinquantaine d’étudiants des universités de droit de l’Iowa et de l’Illinois ont visité l’École nationale de la magistrature les 22 mai et 7 juin derniers. La formation des magistrats français leur a été présentée par trois auditeurs de justice.
Tous les ans, des visites de l’ENM se déroulent dans le cadre des Summer Schools des Colleges of Law de l’Illinois et de l’Iowa, pendant lesquelles les étudiants américains suivent cinq semaines de cours de procédure, de droit français et de droit comparé en France.
Cette année, le consul des États-Unis de Bordeaux, Daniel E.Hall, est par ailleurs venu rencontrer la délégation de l’Illinois.
Rencontre avec des auditeurs de justice
L’objectif de ces échanges entre auditeurs de justice et étudiants en droit américains est notamment de présenter la formation à l’ENM et de faire connaître les spécificités du métier de juge et procureur français aux futurs avocats américains. « Nous leur avons présenté les étapes du concours d’accès à l’ENM, avant d’évoquer notre expérience et le stage en cabinet d’avocat que la promotion 2018 vient d’effectuer. Les étudiants américains se sont montrés curieux et intéressés, c’était très agréable d’échanger avec eux », explique Blanche Guerrier, auditrice de justice de la promotion 2018.
Comparer deux systèmes judiciaires
« Le dialogue avec les élèves magistrats français a été très enrichissant car il nous a permis de mieux comprendre les différences juridiques entre la France et les États-Unis », souligne Nicolas Corbett, étudiant de l’Université de droit de l’Iowa. En effet, les juges et les procureurs américains sont élus ou nommés et ne suivent pas, pour leur part, de formation initiale.
Et Blanche Guerrier de conclure : « Nos échanges n’étaient pas uniquement centrés sur la magistrature : nous avons également abordé nos systèmes universitaires respectifs, comparé les études de droit dans les deux pays et évoqué nos projets professionnels. »