Jean-Patrick Meslot, major du 2e concours d’accès
Publié le 19 janvier 2016

Jean-Patrick Meslot, 33 ans, ancien greffier, a saisi l’opportunité offerte par le 2e concours pour réorienter sa carrière. Retour sur un beau parcours personnel. Interview.
Quel a été votre parcours universitaire et professionnel ?
Après l'obtention d'un BTS de physique industrielle, j'ai fait le choix de me réorienter et de travailler dans le service public de la justice. J'ai donc passé le concours d'adjoint administratif et j'ai fait fonction de greffier durant plusieurs années dans de nombreux services d'un tribunal d'instance puis d'un tribunal de grande instance. J'ai ensuite obtenu le concours interne de greffier en 2010. J'ai alors exercé pendant deux années dans un tribunal pour enfants puis dans des services pénaux comme le correctionnel ou l'instruction. En tant que greffier, j'ai travaillé avec de nombreux magistrats et mon attirance pour ce métier n'a fait que s'intensifier au fil des années. J'ai ainsi décidé de me présenter au concours interne d'entrée à l'ENM lors de la session 2015.
Quels aspects du métier de magistrat vous ont encouragé à choisir cette reconversion ?
Tout d'abord, je trouve que le droit est une matière passionnante. Le juge doit faire vivre les concepts juridiques et les appliquer à des cas d'espèce concrets. Ensuite, la dimension humaine et sociale de la profession de magistrat m'attire particulièrement. Le juge est ancré dans la société et son rôle est fondamental dans un Etat de droit. Enfin, la variété des fonctions que le magistrat est amené à exercer au cours de sa carrière participe de la grande richesse de ce métier.