Échanges sur l’utilisation des armes par les forces de l’ordre
Publié le 20 avril 2017

Des représentants de la police et de la gendarmerie ont rencontré les futurs juges d’instruction et magistrats du parquet de la promotion 2015, le 4 avril dernier à l’ENM, pour évoquer l’usage des armes par les forces de l’ordre. Cette nouvelle séquence pédagogique était proposée dans le cadre de leur préparation aux premières fonctions (ou spécialisation) avant leur prise de poste en septembre prochain.
« L’objectif était de sensibiliser les futurs magistrats à l’évolution de la réglementation sur l’usage des armes par les forces de l’ordre et à l’homogénéisation des règles pour la police et la gendarmerie », explique Aurélie Reymond, coordonnatrice de formation à l’ENM.
Et d’ajouter : « Les juges d’instruction et magistrats du parquet pouvant être amenés à connaître de procédures dans lesquelles il a été fait usage d’arme(s), il est intéressant qu’ils appréhendent les différents facteurs qui, du point de vue d’un policier ou d’un gendarme, entrent en ligne de compte au moment de l’usage éventuel de leur arme ».
Animés par le chef du bureau pédagogie du Centre national d’entraînement des forces de gendarmerie et le chef du pôle animation, méthodes et outils de la Direction centrale du recrutement et de la formation de la Police nationale, ces échanges ont également été l’occasion de souligner que tous les policiers et gendarmes ne bénéficient pas de la même formation en matière d’usage des armes.
Des liens réguliers avec les enquêteurs durant la formation

Au-delà de cette séquence, la formation des élèves magistrats prévoit des liens réguliers avec les enquêteurs. Dès le début de leur scolarité, les auditeurs de justice effectuent en effet un stage enquête de deux semaines afin de découvrir l’organisation d’un service d’enquête mais aussi les différentes étapes et techniques d’une enquête pénale.

La période initiale d’études et la spécialisation comprennent par ailleurs plusieurs autres rencontres avec des enquêteurs. Le but est d’aborder les relations entre les magistrats et les services d’enquête ainsi que le cadre d’intervention de ces services, notamment à travers des séquences pédagogiques sur la police technique et scientifique, la direction d’enquête, la preuve et le témoignage, les techniques d’entretien, le traitement en temps réel des procédures pour les futurs substituts ou encore la téléphonie et le traitement des informateurs et des repentis présentés par des enquêteurs de terrain aux futurs juges d’instruction.

Enfin, les échanges inter-écoles organisés chaque année par le Réseau des écoles de service public (RESP) permettent à une partie des auditeurs de justice de se rendre au Centre national d’entraînement des forces de gendarmerie (CNEFG) , à l’École des officiers de la gendarmerie nationale (EOGN) et à l’École nationale supérieure de la police (ENSP).