Promotion 2015 : réflexion sur l’éthique et les émotions du magistrat
Publié le 22 mai 2017

S’approprier les règles éthiques et déontologiques du métier de magistrat, ne pas redouter les émotions, savoir les repérer et s’en servir : tels étaient les objectifs d’une nouvelle séquence pédagogique proposée aux auditeurs de justice de la promotion 2015 à quelques mois de leur prise de poste.
« Cette thématique me semble essentielle dans la formation des futurs magistrats qui seront confrontés à des drames et à des histoires particulièrement difficiles à écouter face auxquels ils ne pourront pas rester insensibles. Ils devront pourtant savoir gérer leurs émotions et juger avec leur raison », souligne Olivier Leurent, directeur de l’École nationale de la magistrature, qui a souhaité développer les réflexions collectives sur les questions d’éthique et de déontologie en formation initiale dès son arrivée à l’ENM en août 2016.
Focus sur l’intervision

Organisée par les pôles Communication judiciaire et Humanités judiciaires de l’ENM dans le cadre de la préparation aux premières fonctions de la promotion 2015, cette séquence pédagogique sur le positionnement du magistrat et sur la gestion des émotions a débuté par une conférence introductive sur l’intervision. Permettant à des binômes de magistrats de porter mutuellement un regard critique sur les pratiques de l’autre, cet outil peut faciliter la gestion de l’entretien judiciaire et des émotions, mais aussi améliorer la cohésion et la bienveillance au sein des juridictions.

La présentation a été suivie d’ateliers en petits groupes animés par des coordonnateurs de formation de l’École et des magistrats enseignants associés. Dans un premier temps, les auditeurs de justice devaient évoquer des expériences vécues durant leur stage de 10 mois en juridiction. Trois axes ont ensuite été développés en s’appuyant sur des témoignages filmés de magistrats exerçant différentes fonctions : le cadre et le positionnement du magistrat, la motivation implicite et la collégialité.