Nouveau partenariat avec la fédération citoyens & justice
Publié le 28 novembre 2017

Olivier Leurent, directeur de l’ENM et Thierry Lebéhot, président de la fédération « Citoyens et Justice »
La première convention de partenariat entre l’ENM et la fédération « Citoyens et Justice » a été signée le 22 novembre dernier. Elle propose aux auditeurs de justice de nouvelles offres de stages au sein des 150 associations de suivi socio-judiciaire que compte le réseau.
La diversité des missions exercées par les associations dans le cadre de mesures judiciaires pré et post sententielles auprès des victimes et auteurs d’infractions renforce une nouvelle fois les perspectives d’ouverture offertes aux futurs magistrats. Lors de son discours, Olivier Leurent, directeur de l’ENM, a tenu à rappeler que « sans les associations et l’implication sans faille de leurs salariés et de leurs bénévoles, le travail du magistrat n’aurait pas de sens. Nous sommes des partenaires historiques et indissociables ».
Le stage extérieur, 7 semaines d’immersion

Dans le cadre de leur formation initiale d’une durée totale de 31 mois, les auditeurs de justice effectuent un stage extérieur d’environ 7 semaines. Une expérience incontournable qui répond à plusieurs objectifs :
- appréhender un environnement professionnel autre que judiciaire et favoriser l’ouverture sur des connaissances diversifiées et sur des techniques autres que juridictionnelles,
- développer une faculté d’adaptation par l’insertion dans un milieu nouveau,
- découvrir et connaître une autre organisation professionnelle, ses réalités humaines, économiques et sociales ainsi que ses contraintes,
- apprendre à travailler avec des interlocuteurs différents des partenaires habituels et nécessaires de l’institution judicaire ainsi que sur des problématiques nouvelles,
- acquérir une culture générale de l’entreprise, de l’administration, des institutions nationales.

Environ 290 structures d’accueil étaient proposées aux auditeurs de justice en 2016 — administrations déconcentrées de l'État, collectivités locales, associations ou entreprises — dans de multiples secteurs d’activité dont le domaine du suivi socio judiciaire. Cette nouvelle convention de partenariat porte ce chiffre à plus de 460.