L’ENM accueille la 2e Nuit de la Justice le 29 octobre
Publié le 27 octobre 2015

« Est-ce que juger, c’est pardonner ? » Telle est la question centrale de la Nuit de la Justice, qui se déroule le jeudi 29 octobre prochain, à l’ENM Bordeaux. Cette 2e édition est plus particulièrement dédiée au philosophe Vladimir Jankélévitch.

Interviendront également Xavier Ronsin, directeur de l’ENM; Françoise Schwab, professeure d’histoire et philosophe; Dominique Terré, membre du centre d’analyse et d’intervention sociologique, agrégée de philosophie; Nicolas de Warren, professeur à l’Université catholique de Louvain, directeur du centre de phénoménologie et philosophie continentale.

« Le pardon est-il légal ou moral ? »
Lors de cette soirée, de nombreuses questions seront débattues par des femmes et des hommes de loi, de morale et d’éthique. Est-ce que juger, c’est pardonner ? En d’autres termes, est-ce qu’un individu qui a commis une faute lourde, qui a été jugé et qui a purgé sa peine, voit ses compteurs sociaux se remettre à zéro ? Est-ce que pour autant la société lui a pardonné sa faute ? Est-ce d’ailleurs à la société de le faire ou à la personne, aux personnes directement touchées par cette faute ? Le pardon est-il légal ou moral ?
Le programme

19h30 : discours de bienvenue.

19h40 : la leçon inaugurale de Julia Kristeva (philologue, psychanalyste, écrivaine, professeure émérite de l’université Paris VII-Diderot), auteure de La haine et le pardon (Ed. Fayard).

20h00 : quelques images de Vladimir Jankélévitch.

20h-21h20 : table ronde animée par Paule-Henriette Lévy, directrice de la D’AC, directrice d’antenne de la radio de la communauté juive (RCJ).

Conclusion de Julia Kristeva et cocktail dînatoire pour poursuivre les débats.

Co-organisée par le Fonds social juif unifié (FSJU) et l’Ecole nationale de la magistrature, la « Nuit de la justice » s’inscrit dans une politique culturelle menée en collaboration avec diverses institutions publiques et librairies en France. D’autres manifestations de ce type existent déjà dans d’autres régions : la « Nuit de la philosophie » d’Aix-en-Provence, la « Nuit des lettres » de Montpellier ou encore les « Nuits du savoir » de Paris.

Entrée libre dans la limite des places disponibles. Renseignements : FSJU – Laurent Taïeb – 05 62 73 45 45