Caroline Savey, major du concours complémentaire 2015 de l’ENM
Publié le 16 août 2016

Caroline Savey a été reçue major au concours complémentaire du second grade 2015 de l’ENM, réservé aux candidats de 35 ans et plus qui justifient d'au moins dix ans d'activité professionnelle les qualifiant particulièrement pour exercer des fonctions judiciaires. Ancienne avocate du barreau de Lille, elle deviendra juge au tribunal de grande instance du Mans à partir de septembre prochain. Rencontre.
Pourquoi avez-vous décidé de vous reconvertir dans la magistrature ?
« J’ai beaucoup aimé la profession d’avocat que j’ai exercée pendant 16 ans, mais j’avais envie d’appliquer le droit de façon plus objective. Je souhaitais également prendre des décisions, juger.
J’ai eu rapidement la confirmation que j’avais fait le bon choix : d’abord pendant le mois de formation des stagiaires du concours complémentaire à l’ENM que j’ai trouvé très riche, mais surtout pendant le stage de quatre mois que j’ai effectué au TGI de Dunkerque.
»
A quelques mois de votre prise de poste, comment appréhendez-vous cette nouvelle vie professionnelle ?
« C’est avant tout la concrétisation d’un projet qui m’accompagne depuis plusieurs années.
J’ai choisi un poste au siège parce que la variété des fonctions qu’il permet m’a beaucoup plu pendant mon stage en juridiction. Mais même si j’ai hâte de prendre mes fonctions dans mon futur tribunal de grande instance, je compte sur le stage de pré-affectation pour continuer à apprendre et approfondir mes connaissances, notamment en matière de tutelle des mineurs, domaine qui fera partie de mes futures attributions.
En parallèle, contrairement à certains collègues qui vont devoir déménager seuls, j’ai la chance que ma famille puisse me suivre, ce qui me permet aussi d’envisager plus sereinement ma prise de poste.
»
Que représente pour vous le fait d’être major de votre promotion ?
« C’est beaucoup de fierté pour moi comme pour mes proches, d’autant que je ne m’y attendais pas puisque c’était la deuxième fois que je passais le concours complémentaire.
La première fois, en 2014, j’ai suivi une préparation publique – qui me semble d’ailleurs indispensable pour acquérir les bons réflexes méthodologiques - et j’ai été admissible. En 2015, j’ai révisé seule pour mettre à jour mes connaissances : j’espérais faire partie des admis et n’avais évidemment pas imaginé que je serai major.
Aujourd’hui, je suis surtout ravie d’avoir été déclarée apte à exercer les fonctions de magistrat et je prends avec beaucoup de bonheur cette nouvelle vie professionnelle qui commence.
»