Trois temps forts du stage en juridiction d’une auditrice de justice
Publié le 04 janvier 2017

Le stage juridictionnel est un moment-clé de la formation des élèves magistrats. Retour sur trois temps forts qui ont ponctué celui d’Ambre Janssens, auditrice de justice de la promotion 2015.
Première audience
« Ce qui m’a le plus marquée, c’est ma toute première audience au parquet, où j’ai débuté mon stage. Ce jour-là, j’ai requis à trois reprises en tant que substitut du procureur.
La première fois qu’on se lève à l’audience, c’est un moment important du stage : cela permet de prendre confiance en soi pour continuer à travailler cette prise de parole tout au long des dix mois que nous passons en juridiction, que ce soit pour requérir ou pour présider une audience.
»
Confrontation à l’instruction
« Je me souviens aussi particulièrement d’un dossier de vol à main armée sur lequel j’ai travaillé à l’instruction, surtout d’une confrontation entre plusieurs personnes mises en examen. Je l’avais beaucoup préparée et j’avais envisagé différentes hypothèses. Mais il a tout de même fallu que j’adapte mes questions au cours de l’acte puisque certains individus sont finalement revenus sur leurs premières déclarations. »
Découverte de la permanence du parquet
« Mes premières permanences au parquet sont également l’un des temps forts de mon stage. C’est d’ailleurs un moment que beaucoup d’auditeurs de justice appréhendent : il faut être très réactif, ne jamais perdre le fil et apporter des réponses aux questions très différentes qui nous sont posées en gardant en tête qu’elles peuvent conditionner la régularité d’une procédure ensuite.
J’ai été amenée à prendre des appels dès mon premier jour de permanence : le fait d’être immergée immédiatement m’a permis de prendre confiance plus rapidement.
»