17 propositions pour repenser le management des juridictions
Publié le 27 janvier 2017

Dix ans après la loi organique relative aux lois de finances (LOLF), comment repenser le management des juridictions pour rendre une justice de qualité et répondre à l’attente des acteurs judiciaires ? C’est la question sur laquelle se sont penchés 12 chefs de juridictions et 12 directeurs des services de greffe judiciaires à l’occasion du plan de formation des cadres de juridictions 2016.
L’École nationale de la magistrature (ENM) et l’École nationale des greffes (ENG) s’associent depuis 1999 pour mettre en œuvre le plan de formation des cadres (PFC). Ce dernier permet, dans la perspective de l’unité que constitue une juridiction, de réfléchir conjointement aux évolutions nécessaires pour garantir une gestion et une gouvernance efficaces et modernes.
En effet, depuis une quarantaine d'années le management des juridictions françaises est confié aux magistrats et aux greffiers en chef, pour mieux prendre en compte les spécificités judiciaires.
Innover pour relever les défis d’aujourd’hui et de demain
Les thèmes abordés au cours du PFC se sont enrichis au fil des ans, en réponse aux réformes successives et notamment à l’entrée en vigueur, en 2006, de la LOLF. C’est au regard des grands principes d’organisation introduits par cette dernière que les membres du PFC 2016 ont mené leurs réflexions. Un rapport commun a été rédigé à l’issue des travaux de groupe. Arrondissement judiciaire, outils de management, métiers et carrières, communication ou encore bien-être au travail sont au cœur des dix-sept propositions pour une organisation et un management innovants, adaptés aux besoins des juridictions.
Un engagement commun au service d’une justice de qualité

Pour Alain Chateauneuf, président du tribunal de grande instance de Nice et directeur de session en 2016 « l’engagement de chacun a permis de briser les barrières entre nos corps. Elles se sont aujourd’hui transformées en des fils invisibles qui vont continuer à se tisser ». Une analyse partagée par Valérie Sagant, directrice adjointe de l’ENM Paris « je félicite l’ensemble des participants pour la qualité remarquable de leurs travaux qui ont permis une mise à plat du cadre existant. L’ENM prendra en compte dans ces futures formations les préconisations issues de cette belle collaboration ».

Lire aussi : repenser le management des juridictions : visite d’étude aux Pays-Bas