Simulations d’audiences : un exercice pratique attendu
Publié le 20 février 2017
Après s’être exercés à l’instruction en octobre dernier, puis à la tenue d’audience correctionnelle et au réquisitoire en revêtant leur robe fin janvier, les élèves magistrats de la promotion 2016 conduisent, du 20 au 24 février, des audiences de cabinet à partir de dossiers réels. Ces mises en situation leur permettent notamment de travailler le positionnement du magistrat et d’expérimenter les techniques d’entretiens avant leur départ en stage en juridiction de dix mois le 27 mars prochain.

Les simulations d’audiences font partie des temps forts de la période d’études des auditeurs de justice puisqu’elles sont l’occasion de mettre en pratique les connaissances acquises sur le déroulement des audiences pénales et civiles ainsi que les techniques professionnelles fondamentales et spécifiques à chaque fonction.

Elles sont d’ailleurs également au programme des formations plus courtes que suivent à l’ENM les stagiaires issus des concours complémentaires et les candidats à l’intégration directe.

Des conférences introductives

Chaque séquence de simulations d’audiences est introduite par une ou plusieurs conférences. La promotion 2017 a ainsi assisté en janvier dernier à une intervention de Véronique Lanneau, première vice-présidente du TGI de Rennes, et de Stéphanie Arnoux, greffière au TGI de Libourne, sur le thème de l’audience correctionnelle. « Comment animer un débat en tenant compte de sa complexité technique et de la dimension humaine ? », interrogeait Véronique Lanneau au début de la conférence. « Deux grandes exigences vont vous guider : l’impartialité et le contradictoire. C’est vraiment à l’aune de ces principes qu’il va falloir mener les débats, gérer les imprévus et s’adapter continuellement à ce qui se passe à l’audience pour apporter aux différents événements les réponses adaptées, que ce soit au plan juridique, technique ou humain. »

Ce lundi 20 février, c’est la problématique de l’entretien du magistrat avec les personnes vulnérables qu’abordent Sophie Auriacombe, neurologue au CHU de Bordeaux, et Yvan Guitz, conseiller à la cour d’appel d’Agen, pour introduire les simulations d’audiences de juge des enfants, juge aux affaires familiales et juge des tutelles.

Évaluation par des magistrats et psychologues

Après ces conférences auxquelles assiste toute la promotion, les élèves magistrats travaillent en petits groupes – les directions d’études (DE) - et sont évalués à tour de rôle par des magistrats et des psychologues.

« D’une façon générale, vous étiez réactive à ce qui se passait pendant l’audience. Par ailleurs, les techniques de communication sont bien maîtrisées et vous avez une façon assez habile de gérer les silences de vos interlocuteurs », expliquait une psychologue à une auditrice de justice de la DE 10 qui venait de présider une audience correctionnelle.

Et Philippe Latgé, coordonnateur de formation à l’ENM, d’ajouter à l’attention de l’élève magistrat qui jouait le rôle du procureur de la République : « Dans cette affaire, la difficulté était de se détacher de ce que vous aviez préparé puisque vous étiez face à un prévenu qui n’était pas celui qui apparaissait dans la procédure avec des explications qui n’ont pas été données lors de sa garde à vue. Cela peut être déstabilisant, mais vous avez su vous adapter : c’est important car vous serez souvent confronté à cette situation. »

Retour en images sur les simulations d’audiences de la promotion 2015