Dernière exécution en France : un manuscrit historique exposé à l’ENM
Publié le 14 juin 2017

Le manuscrit des constatations dressées le 9 septembre 1977 par Monique Mabelly, juge d’instruction, alors qu’elle vient d’assister à l’exécution du dernier condamné à mort en France, est exposé à la bibliothèque de l’ENM, à Bordeaux. Il avait été remis à l’École par l’ancien garde des Sceaux, Robert Badinter, lors d’une cérémonie devant les auditeurs de justice en décembre dernier.
Un fragment d’histoire

« Il s’agit d’un document historique essentiellement destiné aux auditeurs de justice qui, dans le cadre de leur formation, appréhendent pleinement le sens de la peine. Il faut savoir que le lieu d’exposition a été choisi par Robert Badinter, qui souhaitait placer ce témoignage au cœur du lieu du savoir par excellence : la bibliothèque », raconte Isabelle Monteils, sous-directrice du département de la recherche et de la documentation.
« Ce qu’était la France de la guillotine, ce qu’était la France de ce temps-là, il est bon que génération après génération, les magistrats le sachent », avait ainsi confié Robert Badinter lors de la cérémonie de remise du manuscrit.

Ce texte de neuf pages écrit quelques heures après l’exécution raconte les derniers instants d’Hamida Djandoubi, guillotiné le 9 septembre 1977.
La juge y détaille avec sobriété l’exécution du condamné, de la cellule où l’on vient le chercher jusqu’à la guillotine, et y livre sa « révolte froide ».

Consulter le manuscrit