Promotion 2017 : la police technique et scientifique à l’ENM
Publié le 29 juin 2017
Le pôle Justice pénale et le pôle Environnement judiciaire ont consacré deux journées à la police technique et scientifique (PTS), les 26 et 27 juin derniers.
Cette séquence de formation, proposée chaque année, a pour but de faire connaître aux auditeurs de justice l’organisation territoriale, les personnes et les services compétents en matière de police technique et scientifique dans l’enquête pénale et de leur faire appréhender les sciences, techniques et méthodes d’investigation venant soutenir l’enquête judiciaire et la recherche de la vérité.
Les 363 auditeurs de justice de la promotion 2017 ont débuté cette séquence de formation par une conférence sur le thème des « apports de la police technique et scientifique dans l’enquête pénale » animée par Dominique Abbenanti, contrôleur général, chef adjoint du Service Central de la Police Technique et Scientifique, et par le colonel Didier Jam, Directeur adjoint de l’Institut de Recherche Criminelle de la Gendarmerie Nationale.
Approche pratique

Neuf activités ont par ailleurs été proposées aux élèves magistrats par des policiers et des gendarmes, en lien avec les périmètres d’action de chacun.
Ainsi, la police a organisé les ateliers « Scène de crime, prise en compte, méthodologie et techniques mises en œuvre », « Balistiques et explosifs », « Recueil et exploitation des traces technologiques dans l’enquête » et « Révélation et exploitation de traces » ainsi qu’une exposition « Documents et écritures ».
La gendarmerie a quant à elle proposé trois ateliers - « Identification des véhicules, électronique embarquée, accidentologie », « Cybercriminalité », « Utilisation des produits de marquage codés (PMC) » - et une exposition sur le thème : « Renseignement criminel, formation et rôle des spécialistes N’Tech, chaîne criminalistique, nouveau pôle judiciaire ».
Au terme de ces deux jours, chaque auditeur de justice a pu participer à quatre ateliers : un obligatoire relatif à la cybercriminalité et trois au choix.

Cette séquence est venue compléter le stage de deux semaines dans les services d’enquête effectué en février dernier, par la présentation des outils et des techniques de constatations, de recherche et d’analyse de traces et de données qui peuvent être utilisés dans le cadre d’une enquête pénale.