Nouvelle formation à l'ENM pour les candidats à l'intégration directe
Publié le 02 octobre 2017

35 professionnels en reconversion recrutés au titre des articles 22 et 23 par la commission d’avancement font leur rentrée ce lundi 2 octobre. Un événement pour l’École qui accueille sa première véritable promotion de candidats à l’intégration directe, ces derniers ayant vu leur statut et leur formation modifiés par le décret du 9 mai 2017. Ils passeront désormais un mois à l’ENM (contre cinq jours auparavant), avant d’effectuer un stage probatoire de six mois puis un stage préalable de cinq mois.
« L’ENM se réjouit de l’allongement de la durée de la formation à l’École des candidats à l’intégration directe, qu’elle portait depuis de nombreuses années. Nous avons engagé une réflexion de fond sur la formation de ces publics : le programme pédagogique est ambitieux, mais également très ciblé sur les besoins de ces professionnels en reconversion. Nous nous sommes par ailleurs interrogés sur la façon de les évaluer au mieux, en prenant en compte à la fois leur expérience passée, la relative courte durée de leur formation mais aussi la nécessité qu’ils aient acquis les compétences fondamentales du métier de magistrat au moment de leur prise de poste, si la commission d’avancement valide leur intégration définitive dans la magistrature », précise Emmanuelle Perreux, directrice adjointe de l’ENM en charge des recrutements, de la formation initiale et de la recherche.
Un objectif pédagogique affiché

Comme les auditeurs de justice, les candidats à l’intégration directe du second grade peuvent exercer, dès la fin de leur formation, toutes les fonctions du parquet et du siège dont les fonctions spécialisées (juge d’instance, juge d’instruction, juge des enfants, juge de l’application des peines). Les candidats du 1er grade peuvent, quant à eux, devenir vice-procureur, vice-président ou vice-président spécialisé notamment chargé des fonctions de juge des libertés et de la détention.

La formation à l’ENM a pour vocation l’acquisition de compétences fondamentales permettant une prise de décision conforme à la loi, adaptée à son contexte, respectueuse de l’individu et des règles éthiques et déontologiques et s’inscrivant dans son environnement institutionnel. Il s’agit aussi de valoriser les acquis de leur expérience professionnelle antérieure et de développer de nouvelles compétences reposant notamment sur la polyvalence, l’adaptabilité et l’aptitude à l’encadrement pour les fonctions de 1er grade.

Un mois d’enseignements pratiques à l’ENM

Pour atteindre cet objectif pédagogique, « l’ENM mettra l’accent sur les enseignements pratiques et les mises en situation professionnelle, notamment grâce à des simulations d’audiences du tribunal correctionnel et du juge aux affaires familiales ou encore par la rédaction de jugements civils », détaille Sandra Desjardin, magistrate chargée de mission à l’ENM.

90% des enseignements seront dispensés par petits groupes reflétant la diversité des profils des stagiaires « afin de créer une émulation et de leur permettre de poser facilement des questions », précise Sandra Desjardin.

En amont de la formation en présentiel, des parcours d’e-formation sur le jugement civil et l’audience correctionnelle ont été mis à leur disposition.

Ce mois à l’ENM sera suivi d’un stage probatoire de six mois en juridiction composé d’un stage justice civile de huit semaines, d’un stage justice pénale de treize semaines - dont cinq jours minimum dédiés à la fonction de juge des libertés et de la détention – et d’un stage juge des enfants de trois semaines. Enfin, un stage préalable à leur prise de fonction de cinq mois achèvera cette formation.

Qui sont les stagiaires recrutés au titre des articles 22 et 23 ?

La promotion d’octobre 2017 compte 35 candidats à l’intégration directe : 27 au 2nd grade (justifiant de sept années au moins d’exercice professionnel qualifiant particulièrement pour exercer des fonctions judiciaires), 8 au 1er grade (justifiant de quinze années au moins d’exercice professionnel).

Elle est composée de seize anciens avocats, mais aussi de juristes ou conseiller juridiques, d’officiers de gendarmerie, de juges de proximité, de capitaines de police, de directeurs de greffe, d’un directeur pénitentiaire d’insertion et de probation, etc.

Au maximum, l’ENM formera 100 candidats à l’intégration directe par an répartis en deux promotions, en octobre et en mars.

En savoir plus : Devenir magistrat sans passer le concours