Le Prix de la recherche 2017 remis à Anaïs Danet
Publié le 19 décembre 2017

Le Prix de la recherche de l’École nationale de la magistrature a été remis ce 19 décembre à Anaïs Danet, docteur en droit privé et sciences criminelles, pour sa thèse intitulée « La présence en droit processuel », soutenue le 5 septembre 2016 à l’université de Bordeaux.

Au-delà de l’analyse juridique de la notion de présence des parties au procès, Anaïs Danet tente de « résoudre le paradoxe relatif à la place de la présence en droit contemporain. Alors que la présence des différents protagonistes est le mode primaire de leur participation au procès, sa place dans les procès du XXIe siècle est remise en question, notamment en raison du développement des alternatives à la présence telle que la représentation ou l’utilisation des nouvelles technologies ».

Ainsi, en s’appuyant sur une analyse transversale des pratiques processuelles en procédure pénale et civile ainsi qu’en droit administratif, et en utilisant les sciences humaines et sociales à l’appui de ses démonstrations, elle plaide pour un renforcement du principe de présence et, au-delà, pour la consécration d’une norme de droit processuel.

Publication de la thèse en 2018

Lors de la cérémonie qui s’est déroulée le 19 décembre, Emmanuelle Perreux, directrice adjointe en charge des recrutements, de la formation initiale et de la recherche, a remis officiellement le Prix de la recherche à Anaïs Danet ainsi qu’une gratification de 5000 €.

Les travaux de la lauréate 2017 seront par ailleurs publiés dans la collection de l’ENM « Bibliothèque de la justice » de l’éditeur Dalloz.

Une ouverture sur le monde universitaire

Ce prix annuel récompense un jeune docteur dont la thèse aborde des thèmes liés aux pratiques judiciaires internes ou comparées ou l’organisation et le fonctionnement de la justice. Créé en 2010 et attribué pour la première fois en 2011, le Prix de la recherche de l’ENM s’inscrit dans une volonté de partage de ressources documentaires et de recherches entre l’École et le monde universitaire.

L’an dernier, il avait été remis à Aminata Touré, docteur en droit privé et sciences criminelles, pour sa thèse sur « l’influence des nouvelles technologies dans l’administration de la justice pénale », qui vient d’être publiée.

Résumé de la thèse « La présence en droit processuel ».

Lire aussi : Panorama de la recherche : entre savoirs et pratiques professionnelles