50 magistrats européens et américains en séminaire à l’ENM

Du 23 au 27 septembre, 50 magistrats (majoritairement européens et américains) ont été accueillis à Bordeaux, dans le cadre d’un séminaire international intitulé « Renaissance week ». Fruit d’une coopération entre l’ENM, le Réseau européen de formation judiciaire (REFJ) et le National Judicial College (NJC) de Reno (Nevada) – qui assure la formation continue de juges américains de différents États –, cet évènement a permis à ses participants d’échanger sur des thématiques non juridiques. L’occasion de diversifier les échanges entre juges américains et européens.

Au cours de ce séminaire, une dizaine d’intervenants d’horizons divers, majoritairement universitaires, ont traité en langue anglaise de thématiques telles que l’art, la musique, les lois mathématiques ou encore la philosophie. Le but était d’amener les participants à se questionner sur leurs pratiques professionnelles en leur donnant des clés de compréhension supplémentaires sur leur environnement, en particulier européen et international.

En complément des interventions, des ateliers étaient organisés pour favoriser les échanges entre juges européens et américains autour de ces sujets. Des activités culturelles et sociales leur ont également été proposées.

Développer de nouveaux liens avec les États-Unis

« L’École se réjouit de cette coopération tripartite entre l’ENM, le Réseau européen de formation judiciaire (REFJ) – dont elle préside le comité de pilotage – et le National Judicial College (NJC).Cela a permis de développer de nouveaux liens avec les États-Unis, mais aussi de diversifier les échanges entre juges américains et européens en abordant, grâce à ce format innovant et interactif, des sujets d’ouverture pluridisciplinaires », expliquent Tania Jewczuk et Héloïse Verweyen, chargées de mission au département international de l’ENM.

Objectif atteint selon les témoignages de participants à l’issue du séminaire. « Je suis venue pour rencontrer des personnes d’horizons différents, voir comment fonctionnaient leur système judiciaire et leur réflexion et pouvoir ensuite ramener dans mon pays, la Roumanie, quelques idées à appliquer à mon tour. Nous avons rarement l’occasion, en tant que juge européen, de croiser des juges américains : c’était donc une merveilleuse opportunité », raconte Ana Corina Tudor, juge au tribunal de Bucarest.

Et Marilyn Mauer, juge administrative aux États-Unis, d’ajouter : « Je voulais voir des traditions juridiques différentes et la façon dont les juges abordent la résolution de problème dans leur culture. Je n’ai pas souvent l’occasion, dans mon travail, de rencontrer des professionnels du droit d’autres pays. En revanche, je rencontre des justiciables étrangers et il me semblait donc intéressant de mieux comprendre leur culture. »

23 juges américains et 24 magistrats européens étaient inscrits à ce séminaire. Par ailleurs, 2 juges sud-coréens et 1 juge ougandais y ont participé à leurs côtés.