Prestation de serment de la promotion 2016 : une cérémonie historique
Publié le 04 février 2016

Les auditeurs de justice de la promotion 2016 prêtent serment ce vendredi 5 février, à la cour d’appel de Bordeaux. Cette cérémonie collective se déroule pour la première fois en présence du Président de la République, François Hollande, et du nouveau garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas.
C’est une cérémonie historique qui aura lieu ce vendredi puisque 349 des 366 auditeurs de justice de la promotion 2016 – la plus importante de l’École nationale de la magistrature depuis 1958 - prêteront serment en présence du chef de l’État.
Une visite symbolique

« Il s’agira là du signe symbolique de son respect pour l’autorité judiciaire dont il est le gardien de l’indépendance, du signe manifeste de l’importance qu’il attache au bon accomplissement par la magistrature de ses missions essentielles, notamment de protection des libertés et de lutte contre le crime terroriste, et du signe visible des décisions qu’il a prises avec l’ancienne garde des Sceaux pour renforcer depuis 2012 les effectifs de la magistrature en amplifiant encore en 2015 et 2016, et de manière spectaculaire, les recrutements de jeunes magistrats », confiait le directeur de l’ENM, Xavier Ronsin, lors de son discours d’accueil à la nouvelle promotion, le 1er février dernier.

Cette prestation de serment réunira également le nouveau garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas, les chefs de la Cour de cassation, Bertrand Louvel et Jean-Claude Marin, le président du Conseil constitutionnel, Jean-Louis Debré, le président de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique, Jean-Louis Nadal, plusieurs membres du Conseil supérieur de la magistrature, et le ministre de la Justice du Laos, Bounkeunt Sangsomsak.

Un rite de passage dans le monde judiciaire

A la formule du serment prononcée par le premier président de la cour d’appel de Bordeaux, Dominique Ferrière, de « garder religieusement le secret professionnel et de vous conduire en tout comme un digne et loyal auditeur de justice », les auditeurs devront répondre « je le jure ! » en levant la main droite.

« Ce rite de passage dans le monde judiciaire permet d’accéder au cœur de l’office du magistrat, non seulement aux dossiers judiciaires eux-mêmes, mais aussi à toutes les audiences, et surtout aux délibérés des juges », rappelle Xavier Ronsin.

C’est également l’occasion pour les auditeurs de revêtir pour la première fois la robe de magistrat, l’épitoge en moins. « Cette robe, je leur souhaite tout au long de leur vie professionnelle d’en rester fier et de lui faire honneur », conclut le directeur.

A l’issue de la cérémonie, les familles ou proches des auditeurs de justice pourront visiter l’ENM avec eux.