Les enjeux pénitentiaires présentés aux futurs magistrats

Les élèves magistrats de la promotion 2019 ont bénéficié, en décembre dernier, d’une première journée de formation consacrée au thème de la prison. Objectif : leur donner une vision d’ensemble des enjeux pénitentiaires afin de les amener à réfléchir au choix et aux modalités d’exécution de la peine.

Première approche du milieu carcéral

« Cette journée consacrée au thème de la prison est une première approche du milieu carcéral que les élèves magistrats connaîtront lors du stage qu’ils effectueront en février prochain en milieu pénitentiaire en endossant l'uniforme de surveillant. Proposée en complément d’enseignements techniques, elle leur permet d’avoir une vision d’ensemble du fonctionnement des milieux pénitentiaires », explique Frédérique Iragnes, co-animatrice du pôle environnement judiciaire pour la formation initiale. Et d’ajouter : « Quand une condamnation est prononcée, les magistrats doivent savoir comment s’exécute la peine, même s’ils ne se spécialisent pas dans l’application des peines par la suite. »

Témoignage d’un ancien détenu

Dans la matinée, une conférence animée par Jean-François Alonzo, formateur au centre de ressources sur l’histoire des crimes et des peines à l’École nationale d’administration pénitentiaire (ENAP)  a été proposée aux élèves magistrats afin de leur présenter l’évolution des prisons françaises et du métier de surveillant.
Au programme également, la diffusion du film documentaire « Après l’ombre » de Stéphane Mercurio, suivie du témoignage d’un ancien détenu, a permis aux auditeurs de justice de réfléchir sur le parcours des condamnés à de longues peines. « S’agissant des détenus longues peines, le magistrat intervient en début et en bout de chaîne de la phase d’exécution de la peine :  il est donc important pour les élèves magistrats de se questionner sur la manière dont se passe la détention pendant le temps où ils n’interviennent pas ou très peu », précise Frédérique Iragnes.

Une conférence axée sur les enjeux pénitentiaires

Lors de cette journée, les auditeurs de justice ont également pu assister à une conférence animée par André Ferragne, secrétaire général du Contrôleur général des lieux de privation de liberté (CGLPL), dont l’intervention s’inscrit dans le cadre de la convention de partenariat récemment signée entre l’ENM et la CGLP.

Dans un premier temps, André Ferragne a décrit le rôle du Contrôleur général des lieux de privation de liberté, qui consiste à contrôler les conditions de prise en charge des détenus afin de s'assurer du respect de leurs droits fondamentaux. Parmi les autres points abordés, André Ferragne a notamment mis l’accent sur le problème de la surpopulation carcérale et les conséquences qu’elle engendre sur la dignité et le droit des détenus : « Les magistrats doivent être informés des conditions de détention », insiste-t-il.

Dans la continuité de cette journée, une séquence sur le choix de la peine sera proposée le 14 janvier 2020. L’objectif est cette fois que les élèves magistrats s’interrogent sur l’utilité de la prison par rapport à des peines de milieu ouvert (travail d’intérêt général, sursis probatoire…). En outre, une préparation au stage en établissement pénitentiaire sera organisée le 31 janvier 2020, notamment grâce à l’intervention de formateurs de l’ENAP.