Les futurs juges d’instance reçus à l’hôpital psychiatrique de Cadillac

Les 37 futurs juges d’instance de la promotion 2017 de l’École nationale de la magistrature ont visité, en mai dernier pendant la période de spécialisation par fonction des élèves magistrats, l’unité pour malades difficiles (UMD) de l’hôpital psychiatrique de Cadillac. L’objectif était notamment de découvrir concrètement la prise en charge des personnes atteintes de graves troubles psychiatriques puisqu’ils pourront être amenés à être juges des tutelles.

Cette visite de l’unité pour malades difficiles du centre hospitalier de Cadillac faisait partie du programme de spécialisation des futurs juges d’instance, qui conserveront le contentieux des tutelles en qualité de juge du contentieux de la protection à partir de 2020, comme le prévoit la loi de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice. Elle faisait écho à des enseignements dont l’ensemble de la promotion 2017 a bénéficié pendant sa période d’études à l’ENM, en particulier aux simulations d’audiences de majeurs protégés.
Les unités pour malades difficiles (au nombre de 10 en France) accueillent des patients qui ont réalisé ou auraient pu réaliser des passages à l’acte dangereux pour eux-mêmes ou pour les autres. Les auditeurs de justice ont ainsi découvert concrètement la prise en charge des personnes atteintes de graves troubles  psychiatriques.

Comprendre la prise en charge thérapeutique

Au programme de cette journée notamment : une présentation générale de l’hôpital psychiatrique de Cadillac et des particularités de l’unité pour malades difficiles, la diffusion de vidéos d’entretiens avec certains patients schizophrènes ou paranoïaques évoquant les manifestations de leur maladie – qui a pu les pousser à commettre des crimes ou délits – ou encore la découverte des différents espaces de l’unité dont celui dédié à l’ergothérapie, pour une prise en charge des patients sous forme d’activités sportives, artistiques ou corporelles.  
L’objectif des échanges entre les élèves magistrats et les différents professionnels de l’établissement (psychiatre, psychologue, cadre de santé, assistante sociale, éducateur spécialisé, infirmier…) était d’évoquer la gestion des dossiers de tutelles et de curatelles des majeurs protégés hospitalisés dans cette unité, mais aussi de mieux appréhender les différents types de pathologies (schizophrénie et paranoïa essentiellement) ainsi que les soins reçus par les patients.