Concours ENM : 5 élèves magistrats incarnent la campagne de communication

Jusqu’au 11 mars prochain, les inscriptions aux 3 concours d’accès à l’ENM 2022 donnent lieu à la campagne de communication #DemainMagistrat, incarnée par des élèves magistrats de la promotion 2021 : Léa, Oscar et Céline, anciens étudiants en droit, ainsi que Jérémy et Karine, professionnels en reconversion. Découvrez leurs parcours antérieurs et leurs motivations pour exercer le métier de juge ou procureur.

Léa, ancienne étudiante en droit privé

Parcours d’études ? Master 1 de droit privé général à l’Université Toulouse 1 Capitole, puis Master 2 de droit privé fondamental à l’Université Panthéon-Sorbonne I.

Prépa concours ? Préparation à Sciences Po Paris et à l’IEJ de Paris 1.

Pourquoi ce métier ? « En licence, je me suis découvert une passion pour le droit civil, mais c’est en effectuant un stage au sein du tribunal judiciaire de Créteil que j'ai acquis la certitude de vouloir devenir magistrate.
La grande diversité des fonctions de magistrat et des domaines de contentieux constituent pour moi des attraits forts. À cela s'ajoute le désir d'apporter ma contribution à la chose publique, au service des institutions républicaines et des justiciables. »

Pourquoi avoir participé à cette campagne ? « Lorsque j’étais étudiante à Toulouse, les affiches des précédentes campagnes m’ont inspirée et donné envie de devenir auditrice de justice, notamment parce que je m’identifiais facilement aux étudiants qui y figuraient. »

Oscar, ancien étudiant en droit pénal

Parcours d’études ? Master 1 de droit pénal et sciences criminelles et Master 2 de droit pénal approfondi à l’Université de Bordeaux.

Prépa concours ? Préparation à l’IEJ de Bordeaux en parallèle d’une préparation privée.

Pourquoi ce métier ? « J’ai souhaité intégrer le corps de la magistrature pour la diversité fonctionnelle qu’il offre et les perspectives stimulantes que cela m’assurait tout au long de mon futur parcours. La carrière de magistrat permet en effet d’occuper des postes variés aux implications et aux fonctions multiples ! »

Pourquoi avoir participé à cette campagne ? « Pour participer à l’effort de recrutement des candidats qui deviendront, pour certains, de futurs collègues. »

Céline, ancienne étudiante en droit privé et assistante de justice

Parcours d’études ? Master 2 de droit privé fondamental à l’Université de Toulouse, avec une année (licence 3) à Valencia, en Espagne.

Prépa concours ? Assistante de justice à la 2e chambre civile de la cour d’appel de Bordeaux pendant 2 ans et demi.

Pourquoi ce métier ? « Parce que le magistrat est garant de l’intérêt général, acteur dans la garantie de l’État de droit, dans lequel tout citoyen doit respecter des règles mais doit aussi pouvoir accéder à ses droits, composants essentiels de la paix sociale.
J’ai aussi été attirée par la possibilité offerte par la magistrature d’exercer, au cours d’une carrière, des fonctions variées, dans des lieux géographiques différents. »

Pourquoi avoir participé à cette campagne ? « Je trouve que c’est une chance de représenter l’ENM, et ça me fait de beaux souvenirs de ma formation. »

Jérémy, ancien greffier

Parcours d’études ? M1 en droit privé général, puis préparation annuelle diplômante aux concours de l’ENM (DUEPJ) à la Sorbonne.

Ecpérience professionnelle ? Concours de greffier en 2011, puis greffier au parquet de Créteil pendant plus de 8 ans à partir de 2013 (division des affaires générales, criminelles et stupéfiants puis ECOFI).

Pourquoi ce métier ? « Pour me sentir utile à la société. Je souhaitais pratiquer un métier qui me passionne, me réaliser professionnellement par l'aide apportée à mes concitoyens, participer, par mon activité, à l’intérêt général et tenter de favoriser le vivre ensemble. Le métier de magistrat est celui d'une personne qui retisse les liens, engagée au cœur de la vie de la cité. La magistrature est l'exacte conciliation entre mes aspirations juridiques et humaines. »

Pourquoi avoir participé à cette campagne ? « Pour partager mon expérience et montrer aux fonctionnaires en poste que c’est possible et que le 2e concours est accessible ! »

Karine, ancienne avocate et consultante en droit pénal au ministère de l’Intérieur

Parcours d’études ? Master en droit international public et droit de l’Union européenne avec une spécialisation en droit international pénal obtenu à l’Université Paris 10 Nanterre (désormais Paris Ouest La Défense), certificat d’aptitude à la profession d’avocat (CAPA) obtenu à la Haute école des avocats conseils, diplôme de niveau bac+5 en relations internationales en parallèle de son cursus juridique.

Expérience professionnelle ? Juriste contentieux dans le recouvrement de créances commerciales pendant un an, avocate pendant 2 ans avant de travailler un an en Angleterre dans le domaine de la conformité et du contrôle des exportations, puis consultante en droit pénal au sein de la Direction des libertés publiques et des affaires juridiques du ministère de l’Intérieur pendant 2 ans et demi.

Pourquoi ce métier ? « Ce choix vient de ma volonté d’exercer un métier-passion qui a du sens, celui de participer à apaiser les relations entre mes concitoyens, que ce soit en tranchant un litige ou en défendant l’intérêt général. C’est un métier beau et exigeant, qui offre une variété de fonctions permettant de vivre plusieurs vies en une seule ! »

Pourquoi avoir participé à cette campagne ? « Pour montrer la variété des profils des auditeurs et, je l’espère de tout cœur, susciter des vocations (ou lever des blocages !). »

 

Un grand merci aux 50 auditeurs de justice de la promotion 2021 qui se sont portés volontaires, en novembre dernier, pour promouvoir les concours de l’ENM et la formation dont ils bénéficient !

 

Concours d'accès 2022

Inscription jusqu'au 11 mars 2022