Deux nouveaux doyens des enseignements à l’ENM

Les magistrats Laure Beccuau et Jacques Dallest ont été désignés doyens des enseignements de l’École nationale de la magistrature. Ils participeront respectivement aux activités des pôles de formation dédiés au processus de décision et de formalisation de la justice pénale et à la communication judiciaire.

Un rôle de conseil et d’impulsion en matière de pédagogie

Procureure de la République près le tribunal de grande instance de Créteil, Laure Beccuau intervient régulièrement à l’ENM : elle s’est ainsi adressée, lundi 6 mai, aux élèves magistrats dans le cadre de leur préparation aux premières fonctions, sur le thème des relations entre les chefs de juridiction et les magistrats, puis participera à la session de formation continue dédiée à la lutte contre le proxénétisme, fin mai, à destination des magistrats en exercice.
Elle succède à Laurent Le Mesle, anciennement premier avocat général près la Cour de cassation.

Procureur général près la cour d’appel de Grenoble, Jacques Dallest est pour sa part directeur d’une session de formation continue de l’ENM sur la stratégie de communication du parquet face aux médias, sujet qu’il a également abordé le 17 avril dernier devant les futurs magistrats du parquet de la promotion 2017 avant de participer à leurs côtés à des ateliers de média training.
Il intervient également régulièrement sur d’autres thématiques, notamment sur le traitement judiciaire du renseignement.
Il succède à François Molins, qui est devenu, en qualité de Procureur général près la Cour de cassation, vice-président du conseil d’administration de l’École.

Les doyens de chacun des 8 pôles de formation de l’École « élaborent, après avis des enseignants du pôle, les orientations et les modalités de la mise en œuvre des objectifs pédagogiques qui ont été définies par le directeur après avis conforme du conseil d’administration. Ils contribuent aux enseignements et à l’élaboration des activités pédagogiques » (article 40-1 du décret n° 72-355 du 4 mai 1972), tant dans le cadre de la formation initiale des élèves magistrats que dans le cadre de la formation continue des magistrats en fonction. Ils participent également, chaque année, au bilan de leur pôle de formation.

Objectifs du pôle processus de décision et de formalisation de la justice pénale

Les enseignements du pôle processus de décision et de formalisation de la justice pénale doivent notamment permettre d’adopter une approche globale d’une procédure pénale, d’assurer l’efficacité du processus de recherche de la vérité dans le respect des principes généraux édictés par l’article préliminaire du code de procédure pénale, d’orienter la procédure, de prendre une décision motivée, adaptée et individualisée et de la mettre à exécution.
À titre d’exemples, les élèves magistrats et magistrats en fonction bénéficient ainsi d’enseignements sur la pratique des fonctions pénales, les poursuites et le jugement, l’application et l’exécution des peines, la lutte contre la délinquance économique et financière, la lutte contre la criminalité organisée ou encore la lutte contre le terrorisme.

Objectifs du pôle communication judiciaire

Le pôle communication judiciaire a pour objet de permettre d’acquérir des savoirs et des méthodes utiles à la conduite des audiences publiques ou de cabinet et ce, dans le cadre de toutes les fonctions.
Il vise également à l’acquisition et au renforcement d’une communication publique dans le respect des textes et des règles déontologiques.

Ses enseignements doivent permettre de favoriser une meilleure communication avec les acteurs du processus judiciaire dans le cadre des audiences publiques ou de cabinet et d’améliorer la lisibilité de l’action judiciaire dans le cadre d’une communication institutionnelle.
Cela se traduit notamment par l’organisation de simulations d’audiences en formation initiale, d’ateliers de média training, de séquences dédiées à la gestion des émotions des magistrats et à l’intervision ou encore aux techniques d’entretien judiciaire (au parquet, en assistance éducative, avec des personnes vulnérables…).