136 élèves magistrats reçus dans six écoles de service public
Publié le 21 novembre 2017

La promotion 2017 participe, du 20 au 24 novembre, à la deuxième semaine d’échanges inter-écoles organisée par le Réseau des écoles de service public (RESP). Cette approche partenariale constitue l’un des axes forts de la période d’études des auditeurs de justice à l’École nationale de la magistrature.
Fin octobre dernier, le Centre national d'entraînement des forces de gendarmerie (CNEFG) et l’École nationale d’administration pénitentiaire (ENAP) ont accueilli respectivement 50 et 15 auditeurs de justice. Dans le cadre de la deuxième semaine d’échanges inter-écoles qui se déroule du 20 au 24 novembre, quatre autres établissements de formation ouvrent leurs portes à la promotion 2017 : 30 élèves magistrats sont ainsi reçus à l’École nationale de la protection judiciaire de la jeunesse (ENPJJ), 15 à l’École nationale des greffes (ENG), 14 à l’École des officiers de la gendarmerie nationale (EOGN) et 12 à l’École nationale supérieure des officiers de sapeurs-pompiers (ENSOSP).
Mieux connaître ses futurs partenaires

Présentation des différentes formations, visites, tables rondes, colloques, exercices, travaux dirigés… À chacune des écoles de service public son programme pour aborder des thématiques telles que la lutte contre les phénomènes de radicalisation à l’ENAP, le contrôle d’identité ou le maintien de l’ordre public au CNEFG, les interfaces entre l’institution judiciaire et les services d’incendie et de secours à l’ENSOSP, l’organisation d’un procès sensible à l’ENG, etc.

« Ce partenariat doit permettre aux auditeurs de justice de rencontrer les stagiaires des autres écoles membres du RESP afin d’échanger sur leur formation, leurs futures fonctions ou encore leurs contraintes respectives et, ainsi, de mieux connaître leurs partenaires sur le terrain », précise Sabine Corvaisier, sous-directrice des études.

Et d’ajouter : « Si l’ENAP, l’ENG, l’ENPJJ ou l’EOGN forment différents partenaires naturels des magistrats, il est aussi intéressant que les auditeurs puissent se rendre dans des écoles pouvant paraître plus éloignées de leurs préoccupations principales comme l’École nationale supérieure des officiers de sapeurs-pompiers. Ils seront, en effet, régulièrement amenés à travailler avec ces derniers puisque les pompiers sont souvent les premiers à intervenir sur une scène de violence ou un accident de masse. Il est donc impératif que magistrats et services de secours aient connaissance de leurs contraintes respectives parfois contradictoires : les secours aux personnes peuvent dégrader par exemple une scène de crime. De même, un parquetier ou un juge d’instruction peut être amené à requérir le SDIS (Service départemental d’incendie et de secours) pour recueillir les informations dont il dispose et qui peuvent constituer des éléments d’enquête importants. »

Accueil à l’ENM

Chaque année, l’ENM accueille elle aussi des élèves d’autres écoles de service public : elle recevra ainsi un groupe de l’EOGN du 4 au 8 décembre prochains et des greffiers et directeurs des services de greffe stagiaires les 15 et 16 janvier 2018.

Ces échanges inter-écoles se déroulent en parallèle de la 17e édition du programme d’échanges européens Aiakos.

Lire aussi : Échanges sur l’utilisation des armes par les forces de l’ordre