L’ENM forme à la lutte contre les violences conjugales

Pour faire face au phénomène de violences conjugales, l’ENM accompagne les magistrats mais également un public pluri-professionnel large (gendarmes, éducateurs de la protection judiciaire de la jeunesse, membres de l’éducation nationale) depuis une dizaine d’années. Lors de la formation « Les violences au sein du couple » dispensée en mai dernier dans les locaux parisiens de l’École, l’accent a été mis sur l’interdisciplinarité du sujet et sur le déploiement d’un kit pédagogique dans les cours d’appel en régions.

Des interventions pluridisciplinaires pour harmoniser les pratiques

La session de formation continue de l’ENM « Les violences au sein du couple » a été créée en 2008 sous l’intitulé « Les violences conjugales ». Elle permet essentiellement aux participants d’acquérir les connaissances psychosociales utiles à la compréhension de ce phénomène. Dans l’optique d’harmoniser les interventions au pénal, en protection de l’enfance et aux affaires familiales, des chercheurs, magistrats, avocats, et psychiatres viennent présenter leurs différents travaux et pratiques innovantes.

« Il convient d’acquérir des connaissances communes notamment sur les mécanismes de la violence dans le couple, l’évaluation de la dangerosité de la situation familiale ou les conséquences psycho-traumatiques des violences au sein des couples afin de permettre aux professionnels de la justice d’appuyer leurs pratiques professionnelles sur des données scientifiques », explique ainsi Laurence Begon-Bordreuil, magistrate coordonnatrice de formation continue à l’ENM.

Afin d’harmoniser et de faire évoluer les pratiques professionnelles, un kit pédagogique, en cours de création et présenté lors de la formation, sera déployé en régions au cours de l’année scolaire 2019/2020.

Des mécanismes des violences à la prise en charge des auteurs

La présente formation invite les participants à aborder ce phénomène endémique au travers de nombreuses thématiques: les mécanismes de la violence (repérer les violences et la mémoire traumatique), l’histoire législative, le cadre institutionnel, les politiques pénales et de juridictions, le rôle des partenariats, la prise en charge des auteurs, la place des enfants.

Ces thématiques sont régulièrement abordées lors des formations de l’ENM. La prochaine session qui abordera entre autres la question du repérage et de la compréhension des mécanismes déclencheurs de violence (conjugale, familiale, sexuelle…) est « L’emprise mentale ». Cette nouvelle formation se tiendra du 23 au 25 septembre prochains à Rennes.

Le cinéma comme outil pédagogique

Durant la formation, les participants ont eu l’opportunité de voir un extrait du film Jusqu’à la garde qui évoque l’histoire d’une femme violentée et de son fils en garde alternée.  «Ce film m’a beaucoup frappée à sa sortie. Il débute par une longue scène dans le cabinet d’un juge aux affaires familiales et pose d’emblée la question : un mari violent peut-il être un bon père ? », déclare Gwenola Joly-Coz, présidente du tribunal de grande instance de Pontoise et directrice de la session depuis 3 ans, qui a contacté le réalisateur Xavier Lagarde pour une table ronde d’échanges.

Également, les court-métrages pédagogiques réalisés respectivement en 2013, 2014 et 2015 par la Mission interministérielle pour la protection des femmes victimes de violences et la lutte contre la traite des êtres humains (MIPROF), Anna, Elisa et Tom et Léna, ont été diffusés chaque jour durant cette formation. « Ils ont été conçus comme des supports de formation et traitent chacun d’une approche de la question des violences faites aux femmes : les mécanismes de l’emprise, les rôles des médecins et sages-femmes, le traumatisme des enfants », précise Gwenola Joly-Coz.