Formation des élèves magistrats : qu’apprennent-ils à l’ENM ? 1/2

Première partie du témoignage de deux auditeurs de justice de la promotion 2017 : Alix Bukulin, issue du 1er concours, et Alexandre Djindian, ancien attaché territorial recruté sur dossier. Tous deux reviennent sur les principaux enseignements de leur scolarité à l’ENM. Ils poursuivront leur formation en juridiction à partir du 5 mars prochain.

Alexandre Djindian lors d’une simulation d’audience correctionnelle.
Alexandre Djindian lors d’une simulation d’audience correctionnelle.

La richesse des rencontres

À l’heure du bilan, Alexandre Djindian évoque tout d’abord « le lieu de rencontres riches d’enseignements » que représente pour lui l’ENM. Au-delà de la diversité des intervenants, la promotion 2017 compte en effet environ 70% d’anciens étudiants et 30% de professionnels en reconversion issus des secteurs public et privé (Voir le profil de la promotion 2017).

« Nous avons des expériences très différentes et apprenons beaucoup au cours de nos échanges, surtout lors des directions d’études (les groupes étant constitués pour que de nombreux profils y soient représentés). C’est l’une des richesses de l’École que de nous donner la possibilité de nous rencontrer », souligne-t-il.

Mises en situation et confrontation à la réalité du terrain

Les deux auditeurs de justice s’accordent par ailleurs sur l’importance, en termes d’apprentissages, des mises en situation professionnelle proposées pendant la période d’études, notamment les simulations d’audiences à partir de dossiers réels encadrées par des magistrats et psychologues. Elles sont, selon Alexandre Djindian, « un exercice indispensable pour appréhender son positionnement en tant que magistrat pour présider une audience, pour faire des réquisitions et pour tenir une audience de cabinet ». Pour Alix Bukulin, « elles permettent de toucher du doigt [leurs] futures fonctions et d’apprendre à tenir le cadre de la procédure – respect du contradictoire… - alors qu’[ils sont] confrontés aux émotions des justiciables ».

Et d’ajouter : « J’ai particulièrement apprécié cette confrontation régulière à la réalité du terrain qu’offre l’ENM. J’ai, par exemple, pu assister à une autopsie commentée alors que j’en avais jusqu’ici très peu entendu parler, si ce n’est de façon biaisée dans les séries et films. Ça permet encore une fois de ne pas perdre de vue que derrière une procédure papier, il y a de l’humain ».

Une boîte à outils précieuse pour l’arrivée en juridiction

À quelques jours de son départ en stage juridictionnel, Alexandre Djindian sait par ailleurs qu’il peut désormais s’appuyer sur « une boîte à outils extrêmement riche constituée d’une présentation exhaustive du contexte législatif et jurisprudentiel, mais aussi de supports pédagogiques qui permettent de traduire cela de façon très opérationnelle, que ce soit dans le cadre de la méthodologie de la rédaction d’un jugement, pour l’animation d’une audience, etc. ». Les enseignements de l’École mettant l’accent « à la fois sur les connaissances juridiques nécessaires pour exercer ce métier et sur la culture du savoir-être ».

La déontologie au cœur des enseignements

Déjà très présentes dans les discours prononcés par Olivier Leurent lors de leur rentrée, puis par les chefs de la Cour de cassation avant leur prestation de serment, les questions éthiques et déontologiques ont une large place dans les enseignements dispensés à l’ENM. « Étant auparavant coordonnateur d’un Conseil local de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD) et responsable d’une Maison de la justice et du droit, je savais ce que signifiaient les questions d’écoute, de compréhension d’autrui, de respect que l’on doit à un administré ou un agent… Pour autant, j’ai été surpris de voir à quel point ces sujets étaient importants pour l’École. J’ai vraiment trouvé enrichissant d’alimenter notre réflexion autour des notions d’impartialité, de neutralité ou encore de bienveillance », explique Alexandre Djindian.

Alix Bukulin a elle aussi beaucoup « apprécié les enseignements du pôle de formation Humanités judiciaires » dédiés à l’éthique et la déontologie du magistrat. « En débutant notre stage en juridiction, nous ne pourrons évidemment pas avoir tout prévu et tout anticipé, mais nous aurons déjà réfléchi régulièrement à ces questions fondamentales », sourit-elle.

Consulter : le séquençage de la formation de la promotion 2017

À lire aussi : La deuxième partie du témoignage des élèves magistrats sur la formation à l’ENM Formation des élèves magistrats : qu’apprennent-ils en juridiction ?