Classes préparatoires ENM : favoriser l’accueil de Néo-Calédoniens

Une nouvelle convention de partenariat relative à la formation et à l’intégration d’étudiants Néo-Calédoniens au sein des classes préparatoires « égalité des chances » de l’ENM a été signée, en décembre dernier, par l’École nationale de la magistrature, le groupement d’intérêt public « Formation Cadres Avenir » du Haut-commissariat de la République en Nouvelle-Calédonie, la cour d’appel de Nouméa et l’université de la Nouvelle-Calédonie.

Classes préparatoires ENM : favoriser l’accueil de Néo-Calédoniens
« L’ENM était engagée dans une convention avec le Haut-commissariat de la République (HCR) en Nouvelle-Calédonie depuis 2014, afin de réserver une place dans chacune de ses classes préparatoires de Paris, Douai et Bordeaux, à un étudiant Néo-Calédonien sélectionné par le groupement d’intérêt public (GIP) "Formation Cadres Avenir" » du territoire, explique en préambule Emmanuelle Perreux, directrice adjointe de l’ENM en charge de la formation initiale, du recrutement et de la recherche.
Malgré ce partenariat, les candidatures d’étudiants originaires de Nouvelle-Calédonie répondant aux critères d’admission des classes préparatoires de l’ENM sont encore trop peu nombreuses. « D’où la nécessité pour l’École de réfléchir, en lien avec les acteurs locaux que sont la faculté, le GIP, le HCR et la cour d’appel, à un nouveau dispositif qui a finalement donné lieu à la signature d’une convention commune pour la période du 1er février 2018 au 31 décembre 2023 », souligne-t-elle.

Sensibiliser les étudiants dès la licence

Les masters proposés à l’université de Nouméa n’ayant pas vocation à préparer au 1er concours d’accès à l’ENM, la nouvelle convention envisage désormais cette préparation comme un véritable parcours de formation qui doit débuter dès la licence. C’est pourquoi l’université de la Nouvelle-Calédonie sensibilisera le plus tôt possible ses étudiants aux métiers de la justice en leur proposant des modules spécifiques aux questions judiciaires mais aussi des stages en partenariat avec la cour d’appel de Nouméa.
Il s’agira par ailleurs, pour les différents partenaires, de travailler ensemble pour accompagner les étudiants Néo-Calédoniens repérés par le GIP et déterminer l’orientation la plus adaptée à leur profil et leur projet professionnel.
Enfin, l’ENM pourra accueillir dans ses classes préparatoires ceux qui auront suivi une première année de master à l’université de la Sorbonne – partenaire de l’université de Nouméa – et qui souhaiteraient intégrer la magistrature. En effet, trois places leur sont toujours réservées dans ce « nouveau dispositif de longue haleine ».

Favoriser la diversité à l’ENM

« L’enjeu est important car il s’agit, pour la Nouvelle-Calédonie, de former ses jeunes générations à tous les métiers de l’État, y compris aux fonctions régaliennes dans le cadre du processus d’auto-détermination », précise Emmanuelle Perreux.
Et de conclure : « Pour l’ENM, l’objectif est de favoriser la représentation diversifiée des territoires français dans la magistrature. »

Les inscriptions aux classes préparatoires de l’ENM seront ouvertes du 1er au 31 mars 2018.

Consulter : le dépliant dédié aux candidats outre-mer au 1er concours d’accès à l’ENM

Lire aussi : Les témoignages d’anciens élèves sur les points forts des classes préparatoires de l’ENM