Intégrer une classe préparatoire ENM : inscriptions jusqu’au 31 mars

Pour postuler aux classes préparatoires, les candidats doivent d’abord remplir les conditions d’accès au 1er concours : être titulaire d’un diplôme de niveau bac +4 et avoir au plus 31 ans le 1er janvier de l’année où ils présenteront le concours. La sélection repose également sur d’autres critères : les ressources financières du candidat et de sa famille, les résultats des études antérieures, le niveau de motivation ainsi que l’origine géographique du candidat. « Nous sommes en effet attentifs à ce que nos classes préparatoires accueillent des élèves originaires de toute la France, notamment des candidats issus de milieux ruraux isolés qui sont aussi confrontés à la précarité. Nous avons par ailleurs signé une nouvelle convention de partenariat pour favoriser l’intégration d’étudiants Néo-Calédoniens dans ces classes », confie Emmanuelle Perreux, directrice adjointe de l’ENM en charge des recrutements, de la formation initiale et de la recherche.
La majorité des candidats étant titulaires d’un master 2 et boursiers de l’enseignement supérieur, « ce qui peut faire la différence, au-delà de la question de la motivation, c’est le caractère méritant de leur parcours de vie : la commission sera, par exemple, sensible au parcours d’un étudiant qui aura trouvé un emploi pour aider financièrement ses parents ou pour financer seul ses études », précise-t-elle.

Entretien d’admission du 2 au 6 juillet 2018

Ceux dont le dossier aura été sélectionné seront reçus à Bordeaux en juillet 2018 pour un entretien d’admission devant une commission.
« L’État investit beaucoup pour que cette préparation gratuite au concours existe : la commission attend donc des candidats qu’ils aient véritablement mûri leur projet professionnel et soient sûrs de leur choix. Elle souhaite par ailleurs sélectionner des citoyens conscients des grands enjeux de la société française, inscrits dans l’actualité, qui démontrent une certaine curiosité et ouverture d’esprit », détaille Emmanuelle Perreux.
Et d’ajouter : « Afin qu’ils soient tous sur un pied d’égalité, nous avons modifié notre pratique, et depuis deux ans, nous leur précisons dans leur convocation à l’entretien les thèmes qu’ils doivent préparer. Pour 2017, nous leur avons proposé de lire deux ouvrages : "L’étranger" d’Albert Camus et "Le dernier jour d’un condamné" de Victor Hugo ». Ils devaient également revoir l’histoire de France de 1789 à nos jours et présenter un événement culturel ou artistique des six derniers mois qui les aurait particulièrement intéressés. » L’objectif étant surtout de mesurer leur capacité de réflexion, leur qualité d’analyse, leur curiosité intellectuelle etc…

À la suite de ces entretiens, la commission établira une liste définitive des étudiants admis au sein des trois classes préparatoires de l’ENM. Cette dernière sera communiquée le 11 juillet 2018.

Un succès pour la diversité du recrutement

Gratuites et ouvrant droit à l’obtention d’une bourse (selon les critères du CROUS), les classes « égalité des chances » ont pour objectif de diversifier les profils recrutés dans la magistrature. Elles connaissent actuellement de bons résultats puisque les promotions 2016, 2017 et 2018 comptent respectivement 15, 16 et 18 élèves magistrats issus du 1er concours ayant suivi cette préparation proposée par l’ENM. « Chaque année, le programme pédagogique des classes préparatoires s’affine et s’adapte à la fois aux attentes du jury et aux besoins des étudiants. À titre d’exemple, les élèves ont assisté en 2017 aux épreuves orales de mise en situation collective et d’entretien individuel du concours d’accès. Nous avons également mis en place un système d’évaluation du dispositif qui nous permet de recueillir les suggestions des anciens élèves et d’en tenir compte pour faire évoluer la pédagogie », conclut Emmanuelle Perreux.

Lire également : Ce que les élèves apprennent dans les classes préparatoires de l’ENM