La police technique et scientifique rencontre les élèves magistrats

Les élèves magistrats de la promotion 2019 ont participé, les 24 et 25 juin derniers, à 2 journées de formations portant sur la police technique et scientifique (PTS) et la gestion judiciaire et médico-légale de la scène de crime, organisées par le pôle Environnement judiciaire et le pôle Pénal. Au programme : appréhender les différentes techniques d’investigation et mieux connaître l’organisation et le travail de leurs partenaires ainsi que leurs contraintes.

Ces 2 journées ont permis aux élèves magistrats de repérer les apports et les limites de la PTS dans l’enquête pénale, mais également de connaître l’organisation territoriale, les personnes et les services compétents en matière de PTS au sein de la gendarmerie et de la police nationale.

Scène de crime, balistique, ADN…

Les auditeurs de justice ont ainsi débuté cette séquence de formation par une conférence portant sur les enjeux et les perspectives de la police technique et scientifique, animée par le directeur de l’INPS (Institut national de police scientifique), des ingénieurs de PTS et le directeur adjoint de l’IRCGN (Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale). Puis, ils ont tous bénéficié d’une conférence sur la scène de crime animée par le professeur  Clotilde Rougé Maillart, médecin légiste et experte près la cour d’appel d’Angers et Aline Clérot, vice-procureure de la République au TGI de Lille.
A la suite des conférences, les élèves magistrats ont participé en petits groupes à des ateliers et expositions animés par des experts, policiers et gendarmes, pour appréhender de manière concrète les outils et les techniques de constatation, de recherche et d’analyse de traces et de données utilisées dans le cadre d’une enquête pénale.
Ainsi, la police a organisé des ateliers dédiés aux méthodologies et techniques utilisées sur une scène de crime, aux documents et écritures, aux différents stupéfiants existants, au recueil et à l’exploitation des traces technologiques dans l’enquête. La gendarmerie a pour sa part proposé aux auditeurs de justice 2 ateliers : un premier sur les explosifs et la balistique, un second sur l’ADN et l’utilisation des produits de marquage codés.
Les expositions leur ont quant à elles permis de comprendre l’organisation générale de la PTS (police) et de découvrir un véhicule des techniciens d’identification criminelle (gendarmerie).

Un complément au stage enquête

Avant leur période d’études, les auditeurs de justice avaient déjà effectué un stage enquête de 2 semaines. Par ailleurs, ils ont déjà bénéficié, dans le cadre des enseignements du pôle Environnement judiciaire, de conférences sur l’approche sociologique de la délinquance  et l’introduction à la psychopathologie. En complément, ils aborderont au cours de leur formation les thèmes de l’autopsie, de la victime et de l’expertise psychiatrique et psychologique.
Retour sur les rencontres avec les experts en images
L’an dernier, les caméras de l’ENM avaient suivi les ateliers de police technique et scientifique proposés à la promotion 2018. Témoignages.

Voir aussi : Police technique et scientifique : les ateliers des experts en images