Table ronde le 19/11 à l’ENM : « Juger les crimes internationaux »

Une table ronde, en langue anglaise, sur la justice pénale internationale se tiendra à l’École nationale de la magistrature à Bordeaux le 19 novembre de 17h à 21h. Objectif : s’interroger via une approche artistique sur la fonction de juger au sein de juridictions pénales internationales. Une soixantaine de places sont ouvertes aux étudiants en droit, inscriptions ici.

Table ronde : « Juger les crimes internationaux »

A l’occasion de cette table ronde, artistes-scénographes, sociologues et acteurs de la justice pénale internationale s’interrogent sur la fonction de juger au sein de juridictions pénales internationales. Cet événement sera ainsi l’occasion de favoriser la compréhension mutuelle des différents systèmes et cultures judiciaires européens et de sensibiliser les futurs praticiens à la dimension de l’entraide pénale. A l’issue de cette table ronde, les participants pourront ensuite découvrir l’exposition Juger-Créer, installée dans les locaux de l’ENM bordelais jusqu’au 22 novembre.

Comprendre la Cour Pénale Internationale

Créée le 17 juillet 1998, grâce au Statut de Rome, la Cour pénale internationale (CPI) est une juridiction internationale permanente permettant de juger les crimes les plus graves (génocide, crime contre l’humanité, crime de guerre…).
L’exposition Juger-Créer, initiée en 2018, est conçue autour de 3 temps :

  • Un dispositif pédagogique sur l’histoire et le fonctionnement du Statut de Rome et de la CPI : il permet d’appréhender une justice internationale en construction.
  • Le corpus « Déflagrations – Dessins d’enfants, guerres d’adultes » : grâce à des dessins d’enfants, victimes et témoins de crimes de masse, de témoignages de sociologues et d’artistes, il pose la question du recueil du témoignage des enfants, de la conservation et du traitement de la preuve testimoniale.
  • L’installation « Muzungu » est un mur sur lequel sont affichés des éléments de preuve d’un procès portant sur l’enrôlement d’enfants-soldats lors de l’attaque du village de Bogoro en République démocratique du Congo. L’installation permet une plongée interactive dans le raisonnement judicaire d’une équipe internationale de magistrats et place ainsi le visiteur au cœur d’un procès tenu à la CPI.