Concours ENM : un élève magistrat témoigne sur Campus Channel ce 14/11

Rendez-vous ce jeudi 14 novembre à 17h sur Campus Channel pour le Grand oral de l’ENM. Alexis Chiari, auditeur de justice de la promotion 2018, répondra à vos questions sur les concours de la magistrature et la formation des futurs juges et procureurs, aux côté d’Emmanuelle Perreux, directrice adjointe en charge des recrutements, de la formation initiale et de la recherche. Rencontre.

Quelles études avez-vous fait avant d’intégrer l’ENM ?

« J’ai réalisé l’ensemble de mes études à l’université Jean Moulin Lyon 3 : j’y ai obtenu une licence en droit privé en 2014, avant d’obtenir un master 1 de droit privé judiciaire en 2015 puis un master 2 professions judicaires en 2016.

À la suite du master 2, j’ai consacré une année à la préparation du concours de l’École nationale de la magistrature, notamment à l’institut d’études judiciaires (IEJ) de Lyon 3. En parallèle, j’ai été assistant de justice au parquet du tribunal de grande instance de Thonon-Les-Bains entre août 2016 et ma rentrée à l’ENM, en janvier 2018. »

Quelles ont été vos motivations pour devenir magistrat ?

« Avant tout le service de l’intérêt général, la recherche de la protection de la société et du bien commun, l’inscription dans une institution, le fait de devenir membre de l’autorité judiciaire, garante de l’État de droit.

Mais aussi le fait d’exercer un métier à haute responsabilité et la diversité de fonctions qu’offre la magistrature au cours d’une carrière : un magistrat peut en effet passer des fonctions du parquet aux fonctions du siège, exercer des fonctions civiles ou/et pénales, des fonctions spécialisées (juge des enfants, juge d’instruction, etc.)…

En étant assistant de justice, j’ai pu voir le fonctionnement d’un tribunal de l’intérieur, en particulier le parquet. Le contact avec des magistrats bienveillants et encourageants a confirmé ma volonté d’exercer ce métier. »

Quels conseils donneriez-vous aux candidats au 1er concours d’accès à l’ENM ?

« D’abord, il faut garder en tête qu’il s’agit d’un concours et que tout le monde a donc les mêmes chances de réussite. Il faut par ailleurs éviter de se laisser envahir par les inquiétudes des autres – par exemple quand on travaille avec d’autres candidats – et faire tout pour que la préparation ne soit pas vécue négativement, en s’autorisant des pauses, des sorties...

Ensuite, il faut vraiment être rigoureux dans sa préparation du concours, notamment en matière de méthodologie pour les dissertations et les cas pratiques. C’est aussi important que les connaissances de fond. Les entraînements sont donc essentiels : ils doivent être intensifs et suffisamment nombreux.

Selon moi, il est également important de pas délaisser des matières ou certains pans du programme car cela permet parfois de faire la différence.

Pour l’entretien individuel avec le jury, il faut savoir montrer sa motivation, pourquoi on veut devenir magistrat, et il faut surtout faire preuve de personnalité, révéler ce que l’on est et ce que l’on veut être. D’où la nécessité de rester passionné, de continuer à faire ce qui nous plaît : sorties, visites, lectures... »

Que retenez-vous de votre scolarité à l’ENM ?

« Je suis actuellement en stage en juridiction où je bénéficie des conseils et de l’accompagnement de mes maîtres de stage, mais je me rends compte que la période d’études à l’ENM m’a préparé de façon très pratique et concrète à exercer le métier de magistrat.

Les différentes conférences sont vraiment utiles tant pour accompagner le magistrat dans sa prise de décision que pour renforcer la connaissance qu’il doit avoir de ses partenaires et de l’environnement dans lequel s’inscrit son action. Je me souviens particulièrement des interventions sur la police technique et scientifique ou encore de la conférence sur les frais de justice, question concrète pour le magistrat quand il doit par exemple ordonner une expertise.

Les simulations d’audiences à partir de dossiers réels, proposées pour chaque fonction, permettent quant à elles de se mettre véritablement en situation et d’être bien préparé pour les premières audiences. »

Vous êtes actuellement stagiaire au sein du tribunal de grande instance de Bobigny. La pratique du métier de magistrat correspond-t-elle à l’idée que vous vous en étiez faite ?

« Oui, absolument. La défense et la recherche de l’intérêt général font véritablement partie du quotidien d’un magistrat. Je découvre en revanche plus largement celui d’une grande juridiction. »




 

Vous vous interrogez sur la formation des élèves magistrats et la préparation des concours de l’ENM ? Posez vos questions sur le site de Campus channel avant le Grand oral de l’École nationale de la magistrature, ce jeudi 14 novembre à 17h (émission et Facebook Live).