Témoignage d’une élève magistrate issue d’une classe préparatoire ENM

Élève magistrate de la promotion 2019 de l’École nationale de la magistrature, Sonia Carré est issue de la classe préparatoire de l’ENM de Bordeaux. Elle revient sur son expérience et sur les raisons qui l’ont poussée à intégrer ce dispositif « égalité des chances » de préparation au 1er concours réservé aux étudiants. Les candidatures pour l’année 2019-2020 sont à envoyer jusqu’au 5 avril prochain.

Pourquoi avez-vous postulé à une classe préparatoire ENM ?

« Titulaire d’un master “droit privé et sciences criminelles” et d’un double master recherche et professionnel “contentieux et procédures civiles d’exécution” obtenus à l’université d’Aix-en-Provence, je souhaitais participer à l’œuvre de justice et travailler au service de l’intérêt général. Intégrer l’ENM a donc toujours été mon objectif.
Je me suis ainsi renseignée sur les différentes préparations au concours : la gratuité du dispositif, le principe d’égalité des chances mais surtout le nombre réduit d’étudiants –
ndlr, 18 par classe –   et le suivi personnalisé proposé au sein des classes préparatoires de l’ENM m’ont convaincue de déposer ma candidature. »

Quels souvenirs gardez-vous de votre entretien d’admission ?

« En amont des entretiens avec la commission, il avait été demandé aux candidats de lire 2 ouvrages et de réviser l’histoire de France depuis 1789. Pour autant, mon entretien a davantage porté sur mon parcours scolaire, mes expériences professionnelles et surtout ma motivation pour intégrer ce dispositif de préparation au concours de l’ENM et, plus généralement, la magistrature.
Au moment de formuler mes vœux d’affectation, j’ai demandé la classe préparatoire de Bordeaux. Le fait que les élèves suivent les cours au sein même de l’École était pour moi une source de motivation. D’ailleurs, cela m’a effectivement aidée à me projeter par la suite et à fournir les efforts nécessaires pour faire partie de la future promotion d’élèves magistrats. »

Comment s’est passée cette année de préparation au concours ?

« Les premiers mois se concentrent sur la préparation des épreuves d’admissibilité et les semaines de cours sont assez intensives. Je pense qu’il est important de trouver sa propre organisation. Ce dispositif nous apporte des connaissances théoriques et méthodologiques et l’accent est notamment mis sur les grands enjeux de chaque matière.  Il nous permet aussi d’apprendre à utiliser les différents codes et donc à gagner en efficacité lors des épreuves du concours.

Le programme prévoit par ailleurs des entraînements hebdomadaires afin que les élèves réalisent l’équivalent d’un concours blanc par mois. En parallèle, des semaines de simulation de concours en conditions réelles sont organisées 3 fois dans l’année.

La préparation des épreuves d’admission au sein de la classe préparatoire ENM a pour sa part duré un mois. Nous avons notamment bénéficié de 2 entraînements pour l’entretien individuel avec le jury et pour la mise en situation collective, mais aussi d’un entraînement pour les autres épreuves orales. »

Quels sont les atouts des classes préparatoires ENM ?

« Le fait d’être seulement 18 élèves par classe favorise la solidarité et la collaboration en petit groupe pour alléger notre charge de travail personnel : avec mes camarades, nous avions notamment décidé de nous répartir la rédaction de fiches de révisions portant sur des thèmes de culture générale. J’ai par ailleurs pu bénéficier, dans ma classe préparatoire de Bordeaux, d’un système de tutorat par un élève magistrat formé à l’École pendant ma période de préparation au concours. Il m’a conseillée et a partagé son expérience avec moi, ce que j’ai apprécié. (D’autres systèmes de tutorat par des magistrats ou des professeurs existent à Douai et Paris.)
Enfin, les différentes activités qui nous ont été proposées dans le cadre de la classe préparatoire – opéras, pièces de théâtre… – m’ont donné de nouvelles références à utiliser pour l’épreuve de “connaissance et compréhension du monde contemporain”.
Le bilan est vraiment positif : sur les 18 élèves de la classe bordelaise, 5 ont finalement été admis dans ma promotion d’auditeurs de justice. »

Candidater en ligne

Les inscriptions sont ouvertes du 1er mars 9h au 5 avril minuit (heure de Paris)