23 & 24 mai : "La formation judiciaire : un enjeu pour la démocratie"

Dans le cadre de sonsoixantenaire, l’École nationale de la magistrature organise dans ses locaux bordelais un colloque sur le thème de "La formation judiciaire : un enjeu pour la démocratie". Durant 2 jours, 3 tables rondes réunissent des intervenants pluridisciplinaires, des chercheurs mais aussi des acteurs ou témoins de l’évolution de la pédagogie, devant un public de magistrats et de pédagogues. Le programme est à découvrir ici.

Le mot du directeur

Table ronde n° 1 : « Approche historique de la pédagogie de l’ENM »

Cette table ronde sera l’occasion de remettre en perspective les grandes évolutions qui ont marqué le recrutement et la formation des magistrats, afin de comprendre les spécificités et les défis actuels de l'école d'application qu'est l'ENM.

Elle sera animée par Jean-Paul Jean, président de chambre honoraire à la Cour de cassation, qui abordera notamment en introduction l’histoire politique de la création du Centre national d’études judiciaires (CNEJ, ancien nom de l’ENM), la féminisation de la magistrature, l’évolution des rapports avec le politique dans l’État de droit ou encore l’ouverture de l'École sur la cité et l'international.

Le débat avec les autres intervenants (Anne Boigeol, sociologue au CNRS et ISP Cachan, Gracieuse Lacoste, première présidente de la cour d’appel de Bordeaux et Jean-François Thony, procureur général près la cour d’appel de Rennes) s’articulera ensuite autour des évolutions pédagogiques jusqu’aux années 2000, des années après Outreau, de la mise en œuvre des réformes, de la formation continue...

Table ronde n° 2 : « La formation des juristes aujourd’hui : quels enjeux ? »

Cette table ronde, animée par Jean Danet, avocat honoraire et maître de conférences en droit privé et sciences criminelles à l’Université de Nantes, réunira 4 universitaires et praticiens, tous impliqués dans cette réflexion en leur qualité de directeurs de structures emblématiques de formation initiale et appliquée, nationales et européennes : Pierre Berlioz, directeur de l’École de formation professionnelle des barreaux de la cour d’appel de Paris, Wolfgang Heusel, directeur de l’Académie de droit européen, Christophe Jamin, directeur de l’École de droit de l’Institut d’études politiques de Paris et Olivier Leurent, directeur de l’École nationale de la magistrature.

Ensemble, ils se questionneront sur différents thèmes : quelle est la nature des enjeux liés à la formation des juristes ? En quoi est-ce un enjeu démocratique ? De quelle formation les juristes ont-ils besoin pour demain ? Comment repenser l'articulation entre la formation initiale juridique et les écoles d'application ? Quelle place pour l’interprofessionnalité dans la formation ? À quel moment et à quelle place faut-il cultiver l'indépendance, la réflexion collective, la déontologie ?

Table ronde n° 3 : « Quelle pédagogie pour demain ? Les défis du numérique et de l’intelligence artificielle »

Cette table ronde, animée par Bruno Dondero, directeur du Centre audiovisuel d’études juridiques, sera l’occasion d’une discussion prospective sur l’apport et l’impact des technologies sur l’office du magistrat et sur sa formation. OpenData, legaltech, intelligence artificielle, justice prédictive, plateforme documentaire, e-formation… sont autant d’outils ou d’opportunités dont la pédagogie doit se saisir pour accompagner les magistrats dans la transition numérique.

Des intervenants des secteurs judiciaire et numérique (Bertrand Braunschweig, directeur du Centre Inria Saclay, directeur de coordination du Programme national de recherche en intelligence artificielle, Antoine Garapon, secrétaire général de l’Institut des hautes études sur la justice, et Xavier Ronsin, premier président de la cour d’appel de Rennes) s’interrogeront notamment sur les espérances et réalités de la justice dite prédictive dans le contexte de l’OpenData, en s’appuyant sur le retour d’expérience de la cour d’appel de Rennes qui a testé le « produit Predictice ». Ils reviendront également sur l’adoption, par le Conseil de l’Europe, de la Charte éthique européenne d’utilisation de l’intelligence artificielle dans les systèmes judiciaires.