CONTRE-TERRRORISME : LA 3ᵉ PROMOTION « PACT » ENTAME SA FORMATION

Cette semaine, 27 acteurs de la lutte anti-terroriste ont participé au 1er module du « Parcours approfondi de contre-terrorisme » (PACT) élaboré par l’ENM. Cette 3e promotion suivra pendant un an, au fil de 5 modules thématiques, ce cycle de formation renforcé créé en 2018.

Un cycle de formation spécialisé sur le contre-terrorisme

Déployé pour la première fois en 2018, le parcours approfondi de contre-terrorisme s’inscrit dans le plan gouvernemental contre le terrorisme. « Élaboré par l’École, il est articulé autour des axes suivants : la contextualisation sociale et géopolitique du terrorisme, la maîtrise des nouvelles technologies et l’entraide pénale internationale. Nous souhaitons donner les outils les plus performants possibles aux acteurs de la lutte anti-terroriste », explique Élodie Malassis, sous-directrice de la formation continue de l’ENM.

Former les professionnels judiciaires spécialisés dans la lutte contre le terrorisme

Des spécialistes déjà engagés contre le terrorisme

Cette formation est destinée aux professionnels déjà engagés dans la lutte contre le terrorisme, qui viennent habituellement à l’ENM pour partager leurs savoirs auprès des publics généralistes.

La 3e promotion est constituée de 27 participants parmi lesquels « 14 magistrats exerçant en juridiction dans les services spécialisés dans l’anti-terrorisme, 1 assistant spécialisé, 4 militaires œuvrant dans le contre-terrorisme, 5 enquêteurs issus de services spécialisés (police, gendarmerie), 1 membre du bureau en charge de l’anti-terrorisme à la direction des affaires criminelles et des grâces du ministère de la Justice, 1 membre de la direction de l’administration pénitentiaire et 1 magistrat membre du bureau français de l’Agence de l’Union européenne pour la coopération judiciaire en matière pénale (EUROJUST) », détaille Carole Ramet, coordonnatrice de formation continue à l’ENM.

Si former un public déjà expert dans ce domaine représente un défi d’ampleur, « la pluridisciplinarité des participants et la structuration du cycle en modules ont été pensés pour faciliter le décloisonnement et les échanges interprofessionnels, et ainsi favoriser l’enrichissement mutuel », affirme Élodie Malassis. « De nombreux thèmes sont abordés et notamment l’état de la menace terroriste au niveau mondial, le renseignement ou encore le cyber-terrorisme », ajoute-t-elle. L’aspect novateur de ce cycle se situe précisément au niveau du décloisonnement entre les professions et les institutions sur la question de la lutte anti-terroriste.

Des partenaires institutionnels français et européens

Le PACT est un parcours français qui s’adresse aux magistrats et autres professionnels français concourant dans leurs fonctions à la lutte contre le terrorisme et a mobilisé, pour son élaboration, des institutions françaises : « Le programme de cette formation a été construit en partenariat avec les ministères de l’Intérieur et des Armées, et grâce au soutien de nombreux services et institutions, telles que la Coordination nationale du renseignement et de la lutte contre le terrorisme (CNRLT) ou encore le Groupe d'Intervention de la Gendarmerie Nationale (GIGN) », confie Élodie Malassis.

Mais il s’inscrit dans une volonté de coopération plus globale : « Chaque module comporte également un point sur l’état de la menace dans une zone géographique donnée ainsi qu’une visite permettant de rencontrer et d’échanger avec d’autres acteurs de la lutte contre le terrorisme. Nous abordons les champs de l’international et de l’Europe et des déplacements sont prévus, notamment, à l’Agence de l'Union européenne pour la coopération des services répressifs (EUROPOL) et EUROJUST » explique Florence Gilbert, magistrate chargée de coopération internationale à l’ENM.