Concours complémentaires ENM : faciliter la transition professionnelle

Réservés aux professionnels, les concours complémentaires de l’ENM permettent de se reconvertir dans la magistrature en suivant une formation de 7 à 9 mois. Afin de faciliter la transition professionnelle des stagiaires dans ce délai court, un nouveau calendrier a été mis en place : il aura notamment l’avantage d’espacer de 6 mois les résultats du concours et la rentrée des candidats admis à l’École. Des ateliers de transition professionnelle et du coaching ont par ailleurs été développés à leur attention.




Concours complémentaires : un calendrier plus adapté aux reconversions professionnelles

Diversifier les profils dans la magistrature

Jusqu’ici, les concours complémentaires de l’ENM donnaient lieu à une publication des résultats d’admission mi-décembre, pour un début de formation dès le début du mois de janvier suivant, sans possibilité de report. « Ce laps de temps, particulièrement court et incompatible avec le délai de préavis dans le secteur privé, posait d’énormes difficultés aux candidats admis pour s’organiser tant sur le plan professionnel que sur le plan familial », explique Emmanuelle Perreux, directrice adjointe de l’ENM notamment en charge des recrutements et de la formation initiale. Et de regretter : « Cela avait un impact sur l’attractivité de ce concours alors qu’il participe à l’objectif d’ouverture de la magistrature à des compétences professionnelles acquises dans d’autres secteurs d’activité, publics ou privés. »

Nouveau calendrier : épreuves entre janvier et juillet, rentrée en janvier de l’année suivante

À partir de cette année 2020, le ministère de la Justice a donc pris la décision de décaler le calendrier des concours complémentaires chaque fois qu’ils seront organisés (ces derniers n’étant pas ouverts de façon systématique tous les ans et ne concernant, ces dernières années, que le 2nd grade).
Les hypothèses de travail sont d’organiser à l’avenir les épreuves du concours entre les mois de janvier et juillet, puis l’entrée en formation en janvier de l’année suivante : l’objectif étant de laisser aux candidats admis 6 mois entre les résultats et leur rentrée à l’ENM. Une décision qui « correspond à une revendication ancienne tant de l’ENM que de l’AMICCE, association de magistrats issus des concours complémentaires », précise Emmanuelle Perreux.
Les dates d’inscriptions pour la prochaine édition seront communiquées ultérieurement.

Des ateliers de transition professionnelle

Au-delà de la question du calendrier des concours complémentaires, la durée courte de formation implique une transition professionnelle rapide pour les stagiaires qui exerçaient auparavant des métiers variés, potentiellement hors du domaine judiciaire.
Consciente des efforts que doivent fournir les élèves magistrats pour y parvenir, l’ENM a mis en œuvre, pour la dernière promotion, une nouvelle pédagogie fondée sur une approche par compétences : elle a notamment organisé, dès leur rentrée à l’École en janvier 2020, des ateliers qui devaient leur permettre de déconstruire leur identité professionnelle antérieure et d’identifier les compétences qu’ils seront amenés à réutiliser pour construire leur identité de magistrat.
Elle propose par ailleurs, depuis 2018, une offre de coaching professionnel aux publics en reconversion, toujours pour mieux les accompagner dans cette transition.

Construire sa nouvelle identité professionnelle de magistrat : témoignages