Institut supérieur de la magistrature : Clôture du jumelage

Le 30 octobre 2019 s’est tenue à Rabat la cérémonie de clôture du projet de jumelage institutionnel « Appui pour la réforme institutionnelle et le renforcement des capacités de l’Institut Supérieur de la Magistrature (ISM)) » du Maroc. Cette cérémonie a clos deux années d’étroite coopération entre le Maroc et l’Union Européenne dans le domaine de la formation judiciaire.

L’ENM était l’un des partenaires de l’ISM dans ce jumelage, dans lequel l’établissement s’est particulièrement impliqué. La quasi-totalité des activités prévues ont été réalisées grâce au pilotage du projet par le département international et la forte mobilisation des experts de l’ENM au cours de ces 24 mois.

Cinq objectifs étaient visés : optimiser les pratiques de l’ISM au regard des meilleures pratiques de l’Union Européenne en matière de formation judiciaire, moderniser l’administration de l’établissement, repenser les curricula proposés aux apprenants, homogénéiser la formation des formateurs, et concevoir une stratégie de communication.

Un jumelage au cœur de la réforme judiciaire du Maroc

Cette cérémonie a été l’occasion de faire le bilan de cette coopération internationale financée par l’UE et débutée en novembre 2017. Ce jumelage a été un véritable projet d’établissement pour l’ISM : aux côtés des experts de l’ENM, de l’Institut de Formation Judiciaire (Belgique) et de l’École Judiciaire (Espagne), l’institution marocaine a bénéficié des bonnes pratiques pédagogiques et institutionnelles de ses homologues sous l’impulsion d’Emmanuelle Doffe, magistrate française, conseillère résidente du jumelage.

Cinq grands objectifs désormais atteints

Les cinq grandes composantes de la coopération ont donné lieu à des actions de formation et de renforcement des capacités de l’institut.

  • Un premier objectif de soutien au processus de convergence vers les meilleures pratiques européennes a été pleinement atteint, notamment grâce à la réalisation d’un benchmark dont les résultats ont permis d’optimiser la gouvernance de l’ISM et de définir les axes de son futur plan stratégique ;
  • La deuxième composante concernait la restructuration de l’administration de l’ISM ainsi que la modernisation de la gestion de son offre de formation. A cet effet, la confection d’un organigramme ainsi que de fiches métier et d’un plan de formation a permis à l’établissement de gagner en autonomie et en efficacité ;
  • La création d’un portefeuille de modules de formation a été effectuée, permettant la mise à niveau des curricula répondant à des exigences de qualité et en accord avec les bonnes pratiques européennes ;
  • La formation des formateurs a été optimisée par le travail des partenaires, à travers le renforcement du corps des formateurs professionnels dans les principaux domaines de la formation ;
  • Enfin, l’ISM et ses partenaires ont posé les fondations d’une stratégie de communication interne et externe, qui vise notamment à positionner l’ISM en tant qu’institut de référence, reconnu par ses pairs pour la qualité de ses formations.

Une coopération tournée vers l’avenir

Loin de marquer la fin de la coopération entre l’ISM et ses homologues européens, la clôture de ce jumelage est le début d’une consolidation des relations institutionnelles envisagée sur le long terme.

Élie Renard, directeur adjoint de l’ENM, a salué dans ce contexte la mémoire du Directeur Général, Monsieur Abdelmajid Rhomija, dont l’engagement a été décisif dans le succès de ce jumelage. Il a relevé l’importance décisive de la formation dans la conduite de la réforme institutionnelle au Maroc, et salué le rôle central pris par l’ISM, devenu Établissement Public Stratégique au mois de juin. Il a déclaré que : « La fin du jumelage n’est pas la fin de notre coopération, car l’ENM restera fortement mobilisée pour travailler avec l’ISM et avec la justice marocaine dans les années à venir. Nous souhaitons poursuivre notre contribution à la mise en œuvre par nos collègues marocains de la charte de réforme du système judiciaire de 2013 […] La coopération avec l’ISM et la justice marocaine est prioritaire pour nous, compte tenu des liens anciens et de l’amitié qui unissent nos institutions […] ».