Des fonctions variées

Au cours de sa carrière, le magistrat peut changer plusieurs fois de fonctions : travailler au parquet en tant que procureur, puis rejoindre le siège en tant que juge d'instruction ou juge des enfants, par exemple. Ces nombreuses fonctions permettent au magistrat d'intervenir dans les domaines notamment économique, international, carcéral, hospitalier, familial et de la protection de l'enfance. La diversité des fonctions et des champs d'activité sont une source d'enrichissement personnel et professionnel du métier de magistrat.

Le métier de magistrat n’est pas un métier, ce sont des dizaines de métiers très différents les uns des autres et qui peuvent être exercé tout au long de la carrière : peu de professions offrent une telle diversité.

Les fonctions accessibles à la sortie de l’ENM

À l’issue de la formation à l’ENM, les élèves magistrats peuvent accéder, pour leur premier poste, à différentes fonctions selon leur profil :

  • Les auditeurs de justice et les candidats à l’intégration directe peuvent devenir substitut du procureur, juge (notamment juge aux affaires familiales), juge des enfants, juge de l’application des peines, juge d’instruction, juge des contentieux de la protection (à compter de janvier 2020 ).L
  • Les stagiaires issus des concours complémentaires accèdent aux fonctions de juge (notamment juge aux affaires familiales) ou de substitut du procureur. Dès le second poste, ils pourront tous accéder à davantage de fonctions.

Juge

Le juge est un magistrat du siège. Sa mission est de rendre des décisions de justice conformément à la loi. Indépendant, il tranche les litiges, sanctionne les auteurs d’infractions et veille aux intérêts des victimes et de la société après avoir étudié un dossier et entendu les différentes personnes concernées par une affaire. Il peut notamment exercer la fonction de juge aux affaires familiales (vidéo ci-contre).

Juge des enfants

Le juge des enfants est un magistrat spécialisé du siège. Sa mission concerne tant la protection des enfants en danger dans le cadre de l’assistance éducative que le jugement des mineurs délinquants en matière pénale.

Juge d’instruction

Magistrat spécialisé du siège, le juge d’instruction est chargé d’instruire les affaires pénales, c’est-à-dire de les mettre en état d’être jugées. Il dirige l’enquête judiciaire, rassemble tous les éléments d’une affaire, mène des interrogatoires, ordonne des expertises et des perquisitions… À l’issue de ce travail, il peut décider du non-lieu d'une affaire ou de son renvoi devant le tribunal ou la cour d'assises.

Juge de l’application des peines

Le juge de l’application des peines est un magistrat spécialisé du siège. Après une condamnation, il supervise la manière dont la peine (prison, travail d’intérêt général, surveillance électronique…) va être appliquée en fixant les modalités d’exécution. Il contrôle son déroulement, notamment en intervenant en prison pour individualiser l'exécution de la peine et préparer la réinsertion des détenus.

 

Juge des contentieux de la protection (à partir de janvier 2020)

Créé par la loi du 23 mars 2019 de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice, le juge des contentieux de la protection est un magistrat spécialisé du siège Il assure la protection des personnes vulnérables (juge des tutelles), juge des litiges locatifs, statue sur les situation de surendettement et traite des affaires liées au crédit à la consommation.

Substitut du procureur

Magistrat du parquet, le substitut du procureur représente le ministère public. Il ne rend pas de jugement à l’audience, mais propose aux magistrats du siège une peine au nom de la société. Il intervient notamment à toutes les étapes de la procédure pénale : orientation des procédures, direction d’enquêtes judiciaires, engagement des poursuites et des alternatives aux poursuites, contrôle de l’exécution de la peine…

D’autres fonctions possibles au cours de la carrière d’un magistrat

D’autres fonctions sont accessibles au cours de la carrière d’un magistrat, comme celle de juge des libertés et de la détention.
Les magistrats se voient également proposer des postes en détachement dans des administrations ou des organismes publics ou à l'international. Ils peuvent notamment exercer leur métier au ministère de la Justice ou dans n’importe quel autre ministère, être détachés pour enseigner à l’ENM, être nommés dans une juridiction ou une institution internationale, devenir magistrat de liaison dans une ambassade pour faciliter la coopération internationale, travailler au sein d’une autorité administrative indépendante comme le Défenseur des droits ou à la Commission des droits de l’Homme, être nommé comme conseiller d’un ministre…

En savoir plus