Des concours d'accès plus accessibles pour les professionnels

La réforme des 2e et 3e concours d’accès à la magistrature sera effective à compter de 2020. Ces concours réservés aux agents de la fonction publique (4 ans d’ancienneté) et aux professionnels du secteur privé (8 ans d’expérience) sont repensés pour mieux prendre en compte le parcours professionnel : moins d’épreuves, des cas pratiques, un oral sur la base de la reconnaissance des acquis par l’expérience professionnelle.

Ce qu’il faut retenir de la réforme des 2e et 3e concours d’accès à l’ENM :

  • Véritable différenciation des concours proposés aux professionnels par rapport à celui destiné aux étudiants ;
  • Moins d’épreuves : 4 épreuves d’admissibilité au lieu de 6 ; 4 épreuves d’admission (dont une facultative) au lieu de 6 ;
  • Épreuves écrites d’admissibilité centrées sur des cas pratiques : les compositions de droit public / procédure publique et droit pénal / procédure pénale sont supprimées ;
  • Augmentation du coefficient des cas pratiques (4) et allongement de la durée de ces épreuves ;
  • Suppression de l’épreuve de droit international privé et de droit européen ;
  • Caractère facultatif de l’épreuve d’anglais ;
  • Entretien individuel avec le jury à partir d’un dossier de reconnaissance des acquis de l’expérience professionnelle (RAEP) pour permettre au candidat de mieux valoriser son parcours ;
  • Réduction du coefficient de l’épreuve de connaissance du monde contemporain, qui doit mettre en avant la capacité de réflexion personnelle du candidat ;
  • Un programme recentré sur les fondamentaux du droit et actualisé en fonction des évolutions législatives ;
  • Une véritable prise en compte de la question du droit européen et du droit européen des droits de l’Homme dans les programmes de droit civil et de droit pénal.