Comment l’ENM intègre la transformation numérique dans sa pédagogie

Depuis la création d’un service dédié en 2015, l’e-formation fait partie intégrante de l’enseignement à l’ENM. À tel point que l’École a formé cette année son équipe pédagogique permanente aux spécificités de la formation en ligne. Les problématiques liées au numérique sont par ailleurs intégrées dans son offre de formation, en particulier à destination des magistrats. Objectifs : aborder leurs conséquences sur l’activité judiciaire, accompagner le plan de transformation numérique du ministère de la Justice et proposer des actions prospectives sur ces sujets d’actualité.

La place du numérique dans l’activité judiciaire

Nouvelles actions de formation

« Les élèves magistrats sont déjà très sensibilisés aux questions du numérique », souligne Sabine Corvaisier, sous-directrice des études. Pour autant, le sujet est très présent dans le programme de formation initiale, « avec notamment une nouvelle conférence pour présenter à la promotion 2019 les implications et les conséquences du numérique sur les métiers de la justice ».

La place accordée au numérique est plus importante encore dans l’offre de formation continue destinée aux magistrats. « Parmi les nouveautés sur ce sujet, la session “Être manager à l’ère du numérique” dispensée en collaboration avec l’École nationale des greffes en mai dernier à 31 magistrats et 12 directeurs de greffe », illustre Michèle Lauret, coordonnatrice de formation continue à l’ENM.

Réflexions sur la transformation numérique

En complément du module « Justice et numérique » intégré depuis 2017 dans le cycle approfondi d’études judiciaires (CADEJ) préparant les magistrats aux fonctions d’encadrement, des participants ont décidé de travailler cette année sur la transformation numérique de la Justice.

De la même façon, ce thème a été choisi pour le plan de formation des cadres de juridictions 2019-2020. « 12 chefs de juridiction et 12 directeurs de greffe se sont déplacés en septembre dernier à Florence, pour découvrir une juridiction qui est passée au tout numérique, notamment en matière civile », précise Michèle Lauret.

L’accompagnement du plan de transformation numérique

Un sujet au cœur de l’actualité puisque « l’ENM a pour mission d’accompagner le plan de transformation numérique du ministère de la Justice en formant les magistrats aux nouveaux applicatifs métiers qui sont en cours de développement », explique Élie Renard, directeur adjoint de l’ENM en charge de la formation continue. Et d’ajouter : « L’enjeu est important et immédiat : l’École doit en effet adapter son offre de formation nationale et déconcentrée en prenant en compte les préconisations du secrétariat général du ministère de la Justice. »

Les enjeux du numérique à moyen et long termes

Enfin, l’ENM propose régulièrement à ses publics des actions de formation prospectives liées aux problématiques du numérique.

Séminaire sur les algorithmes et la décision judiciaire

En novembre dernier, les magistrats formateurs et membres de la direction de l’ENM ont ainsi participé au premier cycle d’un séminaire sur le numérique et la justice dédié à l’impact des algorithmes sur la décision judiciaire. « Le magistrat doit avoir un regard raisonné et raisonnable sur ce qu’il est susceptible d’utiliser pour sa prise de décision », développe Valérie Lauret, coordonnatrice de formation ayant proposé et organisé ce séminaire de réflexion. Objectif : « permettre aux magistrats de l’École d’avoir une culture commune sur le numérique pour pouvoir la diffuser de manière plus éclairée dans la construction et dans l’animation des séquences pédagogiques », ajoute-t-elle.

Colloques pluridisciplinaires

Après un premier colloque sur le thème de « l’obsolescence programmée du juge » proposé en octobre 2018, un colloque pluridisciplinaire sur la formation judiciaire, organisé en mai 2019 dans le cadre des 60 ans de l’ENM, a été notamment consacré aux défis du numérique et de l’intelligence artificielle en matière de pédagogie. « L’École n’a pas de réticence à s’emparer de ces sujets : elle doit au contraire permettre aux professionnels du droit d’appréhender les différents enjeux pour en tirer le meilleur », conclut le directeur adjoint.

Réalisations du service e-formation