Reconversion : rencontre avec la major 2019 du 3e concours d’accès ENM

Les inscriptions aux 3 concours d’accès 2020 à l’ENM sont ouvertes jusqu’au 13 mars. Il s’agit de la première session après la réforme visant notamment à rendre plus accessibles les concours pour les professionnels en reconversion. En décembre dernier, Marine Durand a été reçue major au 3e concours dédié aux professionnels du secteur privé. Elle revient sur son parcours, ses motivations pour changer de métier et intégrer la magistrature ainsi que sa préparation au concours.

Quel a été votre parcours professionnel avant de passer le concours de l’ENM ?

« J’ai exercé la fonction de juriste d’entreprise durant 9 ans dans des établissements de différentes tailles mais ayant tous pour activité principale l’immobilier d’entreprise.

J’y ai occupé des fonctions spécialisées en droit immobilier et y ai développé des compétences dans les matières des baux commerciaux, du droit de l’urbanisme et de manière générale du droit des biens.

En charge de la cession d’actifs ayant supporté des activités industrielles lors de ma dernière fonction, j’ai pu, en outre, appréhender de nouvelles problématiques juridiques ayant pour objet le droit de l’environnement. »

Pourquoi avez-vous décidé de vous reconvertir dans la magistrature ?

« En réalité, mon désir d’exercer la fonction de magistrat est ancien.

Animée par la notion de justice, j’ai naturellement suivi un cursus juridique au cours duquel s’est manifestée une envie particulière de participer activement à cette mission de justice publique, telle qu’accomplie par les magistrats de l’ordre judiciaire, dans un ensemble de valeurs que je partage. À cette mission est par ailleurs associée une variété de fonctions qui sont autant de riches expériences que de confrontations avec l’ensemble des problématiques humaines.

La magistrature représente ainsi, pour moi, une volonté de consacrer ma vie professionnelle au service de la collectivité pour y accomplir une mission essentielle dans un État de droit. »

Comment avez-vous préparé le concours ?

« J’ai suivi une préparation au concours à distance et me suis rendue aux différents entrainements proposés. Ce sont, à mon sens, ces derniers qui permettent d’appréhender au mieux les exigences tant qualitatives que temporelles de chacune des épreuves.

Au cours de mon année de préparation, j’ai tenu largement compte des commentaires qui m’étaient formulés en remettant régulièrement en question mes méthodes de travail de façon à gagner en efficacité.

De manière transversale, j’ai ouvert largement mes perspectives en diversifiant mes lectures et en m’intéressant à des domaines non familiers. »

Quels conseils donneriez-vous aux futurs candidats qui souhaiteraient préparer le concours ?

« Deux termes me viennent immédiatement à l’esprit  : la régularité et l’investissement personnel. L’exigence de ce concours rend sa préparation longue et il me semble essentiel, pour tout futur candidat pleinement investi dans celle-ci, de se soumettre à un rythme régulier de révisions et d’entrainements.

Quel que soit le mode de préparation choisi ou envisagé, la réforme des concours pleinement ouverte aux épreuves pratiques, incite, à mon sens, à recourir largement aux entrainements en conditions réelles de façon à aborder les épreuves dans les meilleures conditions.

Quant aux candidats présentant à nouveau le concours, je leur conseille de ne pas hésiter à ajuster voire modifier leurs méthodes de travail pour répondre au mieux aux exigences de ce concours. Et de manière générale, je leur conseille vivement de ne pas cesser de croire en leurs capacités. »

Inscriptions aux concours d’accès

jusqu’au 13 mars 2020