bandeau page pédagogie


Les formations initiale et continue sont organisées selon une approche transversale. Elles ont pour objectif de développer et de renforcer les compétences du magistrat, quelle que soit sa fonction. La pédagogie privilégie donc en premier lieu les savoirs communs à toutes les fonctions. Cette approche permet d'apprendre à être magistrat avant d'être juge des enfants ou substitut du procureur.


Corps enseignant
Formation initiale

En formation initiale, à Bordeaux, une vingtaine de magistrats détachés à l'École, les coordonnateurs de formation, assurent la formation des magistrats de demain. Ils conçoivent les enseignements, évaluent les auditeurs, coordonnent la pédagogie ou encore animent les directions d'études, les ateliers ou les conférences. Près de 700 magistrats enseignants associés et intervenants occasionnels complètent chaque année la formation.

Formation continue

Les coordonnateurs de formation et les chargés de mission élaborent les quelques 500 actions de formation en collaboration avec les directeurs de sessions. Près de 2000 magistrats ou professionnels issus de tous les secteurs, tant publics que privés, interviennent dans les sessions.

Conseil pédagogique

Le conseil pédagogique assiste le directeur dans sa mission pédagogique. Il contribue, par ses avis qui sont transmis au conseil d'administration, à la définition des grandes orientations pédagogiques, à l'élaboration et à la mise en œuvre des programmes de formation initiale et continue, et à l'évaluation de la pédagogie. Les dispositions du règlement intérieur relatives au régime de la scolarité et aux conditions d'évaluation des auditeurs de justice sont également établies après avis du conseil pédagogique.

Pôles de formation

L'activité pédagogique de l'École est structurée, tant en formation initiale qu'en formation continue, en huit pôles de formation pour faciliter l'acquisition et le renforcement des capacités fondamentales du magistrat. Les grandes orientations et les objectifs pédagogiques de chacun des huit pôles de formation sont définis par le conseil d’administration de l’ENM et mise en œuvre par le doyen des enseignements et l’équipe pédagogique. Deux animateurs permanents de l'ENM, un pour la formation initiale et un pour la formation continue, organisent l'activité de chacun des pôles et assurent leur cohérence pédagogique. Ils s'appuient sur des référents thématiques ou fonctionnels, les coordonnateurs de formation, pour l'élaboration des enseignements.

Les huit pôles de formation de l'ENM et leurs doyens des enseignements :
Humanités judiciaires – Nicole Maestracci, membre du Conseil constitutionnel
Processus de décision et de formalisation de la justice civile – Alain Lacabarats, président de chambre maintenu en activité à la Cour de cassation et membre du CSM
Processus de décision et de formalisation de la justice pénale – Laurent Le Mesle, Premier Avocat Général près la Cour de cassation
Communication judiciaire – François Molins, procureur de la République près le tribunal de grande instance de Paris
Administration de la justice – Didier Marshall, premier président honoraire de la cour d'appel de Montpellier
Dimension internationale de la justice - Serge Brammertz, procureur du tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie
Environnement judiciaire – Benoit Bastard, sociologue, directeur de recherche émérite au CNRS
Vie économique et sociale – Dominique de la Garanderie, avocate au barreau de Paris
Compétences fondamentales

La fonction de magistrat est un métier de décision qui nécessite à la fois la maîtrise des techniques juridiques et la capacité essentielle à appréhender les enjeux humains. La pédagogie s'inscrit dans une logique d'acquisition de compétences communes à toutes les fonctions du magistrat, en complément de l'apprentissage des techniques du métier (juge d'instruction, juge des enfants, parquet, etc). Treize compétences fondamentales du magistrat ont ainsi été définies au regard des différentes fonctions qu'il peut être amené à exercer, des environnements auxquels il peut être confronté ou encore des situations humaines qu'il doit affronter. Elles déterminent un profil de compétences qui permet de cibler le recrutement des futurs magistrats et d'orienter la formation initiale et continue pour favoriser leur développement.

Les treize compétences fondamentales du magistrat :
▪ identifier, s'approprier et mettre en œuvre les règles déontologiques ;
▪ analyser et synthétiser une situation ou un dossier ;
▪ identifier, respecter et garantir un cadre procédural ;
▪ s'adapter ;
▪ adopter une position d'autorité ou d'humilité adaptée aux circonstances ;
▪ savoir gérer la relation, l'écoute et l'échange ;
▪ préparer et conduire une audience ou un entretien judiciaire dans le respect du contradictoire ;
▪ susciter un accord et concilier ;
▪ prendre une décision, fondée en droit et en fait, inscrite dans son contexte, empreinte de bon sens et exécutable ;
▪ motiver, formaliser et expliquer une décision ;
▪ prendre en compte l'environnement institutionnel national et international ;
▪ travailler en équipe ;
▪ organiser, gérer et innover.