Jumelage entre l’ENM et l’école tunisienne
Publié le 16 mars 2016

Fin février, en Tunisie, l’Institut supérieur de la magistrature tunisien accueillait l’ENM pour la cérémonie de lancement de son jumelage avec l’ENM, l’ENG, les huissiers et les notaires.
Pendant deux ans, l’Institut supérieur de la magistrature tunisien va bénéficier de l’expertise de l’ENM sur l’ensemble de ses composantes grâce à un jumelage. Comme l’institut forme également des greffiers, des notaires et des huissiers-notaires, les institutions de référence françaises seront également aux côtés de l’École pendant toute la durée de ce jumelage porté par le GIP Justice coopération internationale.
Un magistrat à temps plein
Les jumelages du ministère de la Justice français associent toujours une administration publique de l’Union européenne et un pays extérieur afin que l’Union apporte son expertise. Jusque fin 2017, l’école tunisienne va ainsi accueillir à temps plein un magistrat français qui va travailler au renforcement de l’Institut, concernant notamment la gouvernance, la pédagogie et les formations initiale et continue. L’ENM va quant à elle piloter et coordonner scientifiquement l’ensemble de ces activités. Ce jumelage qui intervient après la révolution du printemps arabe et à la demande de la Tunisie doit stabiliser l’institution fragilisée par ces événements politiques.