Préparer le 1er concours de l’ENM : conseils de 4 élèves magistrats
Publié le 28 février 2018
Comment organiser la préparation du concours de l’École nationale de la magistrature ? Comment appréhender le Grand Oral ? Comment gérer le stress et rester motivé tout au long des épreuves d’admissibilité, puis d’admission ? Quatre auditeurs de justice de la promotion 2017 livrent aux futurs candidats leurs conseils vidéo pour préparer le concours.

Titulaires d’un master de droit public ou de droit privé, Carmellita Dijoux, Stephen Roze, Alix Bukulin et Rémi Candar ont respectivement étudié à l’institut d’études politiques de Rennes, l’université de Nancy, l’université d’Avignon et Sciences Po Paris. Chacun a passé une à deux fois le concours après une préparation publique (classe préparatoire de l’ENM, institut d’études judiciaires ou préparation Sciences Po) ou une préparation privée. Actuellement en formation à l’ENM, ils ont accepté de partager leurs conseils.

MAIS AUSSI…

Lire l’actualité dans tous les domaines
Pour l’épreuve de connaissance et de compréhension du monde contemporain, puis pour l’entretien individuel, il faut évidemment suivre de près l’actualité dans tous les domaines, « pas seulement judiciaire car l’épreuve de culture générale demande une ouverture sur le monde », explique Rémi Candar.

Effectuer une veille sur les concours de la fonction publique
Alix Bukulin et Carmellita Dijoux recommandent par ailleurs « d’effectuer une veille des sujets sur lesquels les candidats des autres concours de la fonction publique ont dû s’exprimer » et de « lire des livres de préparation aux concours de la fonction publique ».

Regarder la composition du jury
Pour les épreuves orales d’admission, il peut aussi être intéressant, selon Alix Bukulin, « de regarder qui compose le jury du concours : connaître leurs parcours respectifs peut en effet permettre de se faire une meilleure idée de leurs attentes », en complément de la lecture de leur rapport annuel.

Conserver une vie sociale active
Comme pour tous les concours, il faut « au maximum ne pas s’isoler et garder une vie sociale active car c’est une véritable course de fond qui comporte son lot de découragements », souligne Stephen Roze.

Ne pas se laisser décourager par un échec
Enfin, les auditeurs de justice s’accordent pour dire qu’un échec n’est pas rédhibitoire. « Il y a assez d’épreuves pour rattraper une mauvaise note », assure Stephen Roze. Et Rémi Candar de conclure : « Ne pas être admis dès la première fois ne doit pas décourager les candidats, de nombreux auditeurs de justice ayant passé plusieurs fois le concours de l’ENM. ».

Lire aussi :
L’interview de Mathilde Deloux, major 2017 du 1er concours d’accès à l’ENM
Devenir magistrat : comment préparer le 1er concours de l’ENM