Aplanir les tentations du juge grâce à la collégialité
Publié le 28 septembre 2016

Paul Martens, président émérite de la Cour constitutionnelle de Belgique, était invité à l’ENM le 19 septembre dernier pour animer une conférence sur les « tentations du juge » devant la promotion 2016. L’occasion pour lui de rappeler « la nécessité de la collégialité », cette « forme moderne de la vérité » qui permet « l’aplanissement des tentations ». Rencontre.
« Ici, le terme ̏tentations˝ n’est pas négatif », précise d’emblée Paul Martens. « Il ne s’agit pas d’évoquer les perversions du juge, mais de sensibiliser les élèves magistrats aux différentes tentations auxquelles leur inconscient peut les exposer dans l’exercice de leur métier. »
Favoriser le débat

Parmi elles, il évoque la « tentation idéologique » liée à la problématique de l’aléa judiciaire. « Dans une société pluraliste, il n’est pas étonnant que les décisions judiciaires prises pour un même type d’affaires puissent être différentes. » Il insiste ainsi sur la nécessité de la collégialité pour y remédier : « Le seul moyen d’arriver à la solution juste, c’est le débat. J’ai toujours travaillé en collégialité comme magistrat et je me suis aperçu combien il est enrichissant d’entendre le point de vue de l’autre, notamment pour prendre conscience de ses propres tentations. D’ailleurs, le fait d’exposer son point de vue à autrui oblige à l’épousseter de toutes ses aspérités personnelles. Pour moi, la collégialité est la forme moderne de la vérité : rien n’est pire que la tentation du plaisir solitaire de penser car c’est par le dialogue qu’on arrive à l’aplanissement des tentations ».

Et de conclure : « La suppression de la collégialité pour des raisons budgétaires m’effraie. C’est, selon moi, une forme d’appauvrissement dramatique de la Justice ».

Organisée par le pôle Humanités judiciaires, cette intervention de Paul Martens sera suivie, d’ici fin septembre, d’une conférence sur le statut du magistrat animée par Jean-Pierre Zanoto, conseiller à la Cour de cassation, et d’une journée de travaux pratiques sur le thème « Éthique et déontologie ».