Quarante étudiants américains en droit en visite d’étude à l’ENM
Publié le 30 juin 2017
  • Étudiants de l'université de droit de l’Illinois
  • Présentation de la formation des magistrats français et de l’organisation de la justice pénale
  • Étudiants de l'université de droit de l’Iowa
Quarante étudiants des universités de droit de l’Iowa et de l’Illinois sont venus à l’École nationale de la magistrature les 23 mai et 6 juin derniers. Après une visite du tribunal de grande instance de Bordeaux, ils ont assisté, dans les locaux de l’École, à une présentation de la formation des magistrats français et de l’organisation de la justice pénale ainsi qu'à une simulation d’audience telle qu’elle se déroule en France.

Ces visites s’inscrivent dans le cadre de la Summer School des Colleges of Law de l’Illinois et de l’Iowa. Durant cinq semaines, les étudiants suivent, en France, des cours de procédure, de droit français et de droit comparé.

« Ces échanges nous paraissent très importants pour faire connaître le métier de magistrat à ces futurs avocats américains et faciliter les demandes d’entraide entre la France et les États-Unis. Plus ils connaissent notre système judiciaire, plus nous pourrons mutualiser nos actions de justice », explique Estelle Cros, animatrice du pôle Dimension internationale de la justice de l’ENM. Ainsi, les formateurs français et les élèves avocats américains ont pu évoquer les différences entre les deux systèmes judiciaires. Une expérience jugée « incroyable » par Adrien Katherine Wing, professeure de droit à l’Université de droit de l’Iowa. « L’existence même d’une école pour former les magistrats témoigne de la spécificité du système français. De la même manière, j’ai été surprise par l’absence de “public defender” que nous connaissons aux États-Unis et qui n’est pas présent dans les procès pénaux en France », détaille-t-elle.
Pour Latasha Green-Cobb, étudiante à l’Université de droit de l’Iowa, cette confrontation à une autre approche du métier de magistrat est riche. « Cette visite me permet d’avoir une vision plus globale : ce qui se fait en Amérique ne se fait pas partout dans le monde. Nous constatons qu’il existe un système judiciaire réellement différent dans chaque pays. Aussi, lorsque nous aurons des clients d’origines différentes, nous devrons nous demander ce que peut être leur perception du système judiciaire américain », conclut-elle.

Perception de la formation française
Les juges et les procureurs américains ne suivent pas de formation initiale : une différence avec le système français qui a interpellé les étudiants. « Je trouve le caractère pratique de la formation initiale française très intéressant. Les périodes de stages et de cours alternent régulièrement pour être en prise avec la réalité », décrit Rochelle Vazquez, étudiante de l’Université de droit de l’Iowa. « J’aime notamment beaucoup le fait que les élèves magistrats doivent effectuer un stage pénitentiaire pour connaître les conditions de vie des détenus avant de prendre des décisions de privation de liberté », complète son camarade Clayton Soelberg.