Le 1er concours d’accès à l’ENM plus accessible pour les étudiants

La réforme du 1er concours d’accès à la magistrature est effective dès 2020. Ce concours, réservé aux étudiants de moins de 31 ans titulaires d’un diplôme de niveau bac +4, compte désormais moins d’épreuves et permet aux candidats de choisir entre différentes matières. Surtout, les capacités de raisonnement y sont davantage valorisées, au détriment du bachotage. Explications détaillées dans un entretien vidéo avec Emmanuelle Perreux, directrice adjointe de l’ENM, et Émilie Lagrave, sous directrice en charge des recrutements d’élèves magistrats.

Ce qu’il faut retenir de la réforme du 1er concours d’accès à l’ENM :

  • Moins d’épreuves : 5 épreuves d’admissibilité au lieu de 6 ; 5 épreuves d’admission au lieu de 6.
  • Au choix du jury : une composition ou un cas pratique (et non plus les deux) pour les épreuves de droit civil / procédure civile et de droit pénal / procédure pénale ;
  • Alignement du coefficient des cas pratiques et de celui des compositions (4) ;
  • Allongement de la durée des épreuves de cas pratiques et de l’épreuve de droit public ;
  • Réduction du coefficient de l’épreuve de connaissance du monde contemporain, qui doit mettre en avant la capacité de réflexion personnelle du candidat ;
  • Au choix des candidats : épreuve de droit des affaires ou de droit social, également épreuve de droit international privé ou droit européen ou droit administratif ;
  • Un programme recentré sur les fondamentaux du droit et actualisé ;
  • Une place renforcée pour le droit européen et le droit européen des droits de l’Homme dans les programmes de droit civil et de droit pénal.

Consulter : le comparatif des épreuves des concours d’accès avant et après la réforme