Concours complémentaire promotion 2022 : rentrée de 40 professionnels

Le 3 janvier dernier, 40 professionnels issus du concours complémentaire 2021 ont effectué leur rentrée à l’ENM pour se reconvertir dans la magistrature. Ils débutent ainsi une formation probatoire dans les locaux bordelais de l’école puis en juridiction, qui sera complétée par une spécialisation à leur future fonction : juge ou substitut du procureur.

Les 40 élèves magistrats ont notamment assisté à une conférence de Denis Salas
Les 40 élèves magistrats ont notamment assisté à une conférence de Denis Salas le jour de leur rentrée

Des professionnels aux profils variés

Composée de 31 femmes et de 9 hommes âgés de 37 à 54 ans, la promotion 2022 des stagiaires issus du concours complémentaire mêle des profils très diversifiés : 15 professionnels de la fonction publique et 25 issus du secteur privé. Elle compte notamment 10 avocats, 7 juristes et responsables ou directeurs juridiques, 4 attachés territoriaux et d’administration, 4 directeurs des services de greffe judiciaires et greffiers, 3 capitaines de police, 2 juristes assistants, 1 notaire, 1 directeur fiscal, 1 gérant d’entreprise…

Ces 40 professionnels prêteront serment jeudi 20 janvier prochain, devant la cour d’appel de Bordeaux.

Une pédagogie adaptée aux besoins de professionnels en reconversion

Une formation axée sur la pratique

En amont de leur arrivée à l’ENM, les nouveaux élèves magistrats ont suivi des parcours de formation à distance sur les affaires familiales, le procès civil et l’audience correctionnelle. Ces derniers doivent leur permettre de se concentrer davantage, en face à face pédagogique, sur la pratique et les savoir-faire professionnels.

Durant ce mois de formation à l’École qui a débuté le 3 janvier dernier, des conférences introductives leur sont proposées sur l’histoire, les enjeux actuels de la justice et le statut de la magistrature. Par ailleurs, des séquences pédagogiques en petits groupes leur permettent de travailler les missions du parquet, la méthodologie du jugement civil, les fonctions du siège correctionnel ainsi que celles de juge des enfants, de juge aux affaires familiales ou encore de juge des libertés et de la détention.
Parmi les autres temps forts du programme : des cas pratiques sur l’éthique et la déontologie du magistrat et des simulations d’audiences correctionnelles et du juge aux affaires familiales.

Une approche par compétences

La direction de la formation initiale a développé ces dernières années une pédagogie fondée sur une approche par compétences permettant de mieux prendre en compte les spécificités de ce public en reconversion et, ainsi, de mieux répondre à ses besoins, en s’appuyant sur un référentiel de 12 compétences majeures ainsi que des critères observables permettant de les évaluer.
Des groupes de besoins sont ainsi établis pour certains enseignements et un dispositif de coaching professionnel est proposé aux stagiaires qui souhaitent en bénéficier.
« Nous avions mis en place, pour la promotion précédente, des ateliers de transition professionnelle animés par un coach et un magistrat formateur, dont l’objectif était de faciliter la transition professionnelle des participants et d’identifier les compétences qu’ils pourraient réutiliser pour construire leur identité de magistrat. Cette séquence s’est avérée rassurante et utile pour identifier clairement les attentes de l’ENM à l’égard des stagiaires. Nous l’avons donc reconduite pour cette nouvelle promotion », explique Marie Bougnoux, chargée de mission pour le suivi pédagogique des professionnels en reconversion à l’ENM.

6 à 8 mois de stage dans les tribunaux

4 mois de stage probatoire

Après cette période d’enseignements à l’École, les 40 élèves magistrats effectueront un stage probatoire de 4 mois en juridiction afin de se confronter aux fonctions de juge et de substitut du procureur, qu’ils pourront exercer dès leur premier poste.

2 à 4 mois de stage de spécialisation avant la prise de poste

S’ils sont déclarés aptes à exercer le métier de magistrat par le jury d’aptitude, les futurs magistrats choisiront leur poste en fonction de leur classement au concours d’entrée, avant de partir de nouveau en stage (dit complémentaire) pour maîtriser les spécificités de leur future fonction.
Le jury a la possibilité d’étendre ce dernier stage de 2 à 4 mois.

Reconversion dans la magistrature sur concours ou dossier

Le concours complémentaire du second grade de la hiérarchie judiciaire est réservé aux candidats âgés de 35 ans et plus justifiant d'au moins 7 ans d'activité professionnelle dans le domaine juridique, administratif, économique ou social les qualifiant particulièrement pour exercer des fonctions judiciaires.

En parallèle, la promotion 2022 d’auditeurs de justice comptera 107 professionnels en reconversion : 35 issus du 2e concours réservé aux agents publics, 10 issus du 3e concours dédié aux professionnels du secteur privé et 65 recrutés sur dossier par la commission d’avancement (au titre des articles 18-1 et 18-2B de l’ordonnance statutaire).

Enfin, deux promotions de candidats à l’intégration directe recrutés sur dossier (au titre des articles 22 et 23) sont également formés à l’ENM chaque année.