Passer le 1er concours d’accès à l’ENM : témoignage de la major 2019

Les inscriptions aux concours d’accès 2021 à l’ENM sont possibles jusqu’au 12 mars. Major 2019 du 1er concours de la magistrature s’adressant aux étudiants, Elise revient sur son parcours et ses motivations pour exercer son futur métier. Elle livre aussi ses conseils aux candidats pour préparer les épreuves. Rencontre.

Quel a été votre parcours avant de passer le concours ?

« J’ai intégré Sciences Po Paris après mon baccalauréat. Après une licence en sciences sociales et une année d’échange aux États-Unis, j’ai choisi de suivre un master de droit économique avec une spécialité en contentieux, toujours à Sciences Po. J’ai aussi eu la chance d’effectuer une année de césure à la Cour européenne des droits de l’Homme entre mon master 1 et mon master 2. »

Quels aspects du métier de magistrat vous ont encouragée à passer le concours de l’ENM ?

« Les fonctions de magistrat demandent à la fois une grande rigueur dans l’application du droit et une capacité importante d’écoute et d’empathie.

Un magistrat doit également être capable de se remettre continuellement en question et de continuer à apprendre, aussi bien sur le plan intellectuel qu’humain, ce qui est une garantie d’humilité et d’enrichissement personnel.

Enfin, il observe et doit prendre en compte des intérêts et points de vue concurrents. Cela lui permet d’avoir une vision large et équilibrée et de mieux comprendre la société dans sa complexité. Tous ces aspects font du métier de magistrat un métier exigeant, stimulant et au service de l’intérêt général. »

Comment avez-vous préparé le concours ?

« En parallèle de ma deuxième année de master, j’ai suivi la préparation au concours proposée par Sciences Po, ce qui m’a permis de faire de nombreux concours blancs et d’intégrer la méthodologie et les attendus des épreuves.
J’ai également beaucoup travaillé en groupe, particulièrement pour préparer les oraux techniques, mais aussi pour partager les supports de révision ou tout simplement pour se soutenir mutuellement dans les périodes difficiles.
»

Quels conseils donneriez-vous aux candidats pour bien préparer le concours ?

« S’il est impossible de faire l’impasse sur l’apprentissage de la méthodologie, parfois rigide, il reste essentiel de se faire confiance sur les méthodes et le rythme de travail et de révision, qui sont très personnels, dès lors que l’on sent que l’on progresse.

Cerner au mieux les attentes du jury, par l’étude de ses rapports et des meilleures copies, ainsi que par la réalisation d’un maximum d’examens blancs, est indispensable pour éviter une accumulation de connaissances indigestes.

Malgré tout, les entrainements ne restent que des indications et il faut essayer de ne pas se laisser décourager par les difficultés pendant l’année. Avec un travail régulier, les progrès sont énormes, y compris pendant les derniers mois de préparation !

Enfin, même s’il est difficile de garder une motivation sans faille, s’appuyer sur sa curiosité et varier les supports de travail rend les révisions moins lourdes, notamment pour la culture générale. »

Concours d'accès 2021

Inscription jusqu'au 12 mars